Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ON EN EST LÀ :

Le Blog de Jérémy Manesse

Pages

Publié par Jérémy Manesse

"Aaaaaaah !"

Vous venez d'entendre le soupir collectif de soulagement des lecteurs de ce blog qui me connaissent surtout pour mon activité de traducteur de comics, et qui se tournent un peu les pouces depuis que j'ai exhumé ce site, en attendant que j'arrête de parler théâtre pour parler SUPER-HÉROS !

Alors puisqu'il s'agit d'un relaunch, resituons un peu les choses : Depuis la toute fin du 20ème siècle, je fais partie de l'équipe éditoriale de Panini Comics, qui publie en France les comics Marvel. Lorsque Panini a également récupéré la licence DC / Vertigo, ils ont eu besoin de davantage de traducteurs, ce qui tombait bien puisque c'était quelque chose qui m'attirait depuis trèèèès longtemps. J'ai honteusement profité de ma position pour traduire tous les trucs bien (hi hi), et maintenant que la licence DC / Vertigo est partie vers d'autres éditeurs, je traduis une part conséquente des séries phares de l'univers Marvel (entre autres les revues X-MEN, AVENGERS, DEADPOOL et les giga-crossovers comme ORIGINAL SIN), tout en gardant des rapports sains avec Urban Comics, qui m'a à chaque fois fait l'honneur de reprendre mes traductions (sur 100 BULLETS, Y LE DERNIER HOMME, etc.) et qui m'a par ailleurs confié la trad d'EX MACHINA (read this book !) et de SAGA (celui-là, a priori, vous le lisez déjà), les deux autres séries de Brian K. Vaughan, probablement mon auteur de comics favori.

Ça fait beaucoup ? Oui, ça fait beaucoup. Et il y a eu quelques moments ces dernières années ou je suis passé pas loin du burn-out, un comble lorsqu'on travaille sur sa passion. C'est ce qui m'a poussé à renoncer aux responsabilités de "Community Manager" chez Panini, beaucoup trop chronophages, et même à la traduction d'AVENGERS UNIVERSE, qui à un certain moment était le mensuel de trop.

Le "souci" quand on traduit des comics, c'est que les séries qu'on préfère traduire, on les traduit vite, parce qu'on les dévore. Je fais partie de ceux qui adorent l'approche de Jonathan Hickman sur Avengers, par exemple, mais un épisode de Hickman, franchement, ça se traduit parfois en une demi-heure. Et je viens d'avaler la traduction du quatrième tome de Saga en trois jours, parce que quand je m'attelle à Vaughan, j'ai tout simplement du mal à m'arrêter.

Et à côté de ça, on passe parfois beaucoup de temps sur des trucs certes intéressants, mais interminables. Deux exemples me viennent en tête (assez facilement puisque, euh, j'en sors à peine) : Le mariage de Deadpool et les suppléments de Preacher.

Pour Deadpool, le numéro de février (si je dis pas de bêtise, avec les anticipations d'Angoulême, j'ai parfois les fils qui se croisent) contient l'épisode spécial et gigantesque du mariage de Deadpool. La saga principale, des auteurs habituels, ne m'a pas posé plus de problème que d'habitude, mais elle est suivie d'une belle poignée d'histoires courtes (cinq pages) réalisées par tous les auteurs s'étant par le passé attelés au mercenaire. Et le truc, c'est que toute une histoire doit avoir une mise en place, des rebondissements et une fin. Et dans des histoires de cinq pages, ça donne des trucs incroyablement denses, blindés de narration. Pas mauvais du tout, mais looooongs à traduire. J'ai pris une semaine dans les dents avec ce truc. Et pourtant, j'adore traduire Deadpool. Parce que c'est rigolo.

Et puis, il y a les suppléments de la nouvelle édition de Preacher par Urban. Je ne dirai pas précisément ce que c'est, parce que je sais qu'ils préfèrent annoncer ce genre de truc eux-mêmes, et que je ne suis pas Thierry Mornet (petite pique gentille et gratuite, Thierry, si tu passes dans le coin). Je dirai seulement que c'était à la fois très intéressant, mais aussi, parfois, un vrai calvaire à traduire. Pensez aux pages de texte dans Watchmen (j'exagère à peine). Mais c'est bien tombé, c'était après mon rush d'Angoulême. Ça ne m'a pas mis en retard sur rien, ça m'a juste privé de quelques heures de sommeil.

Bien sûr, ce qui est délicat, c'est qu'on a toujours peur, dans le rush, de pondre quelque chose de moins bien que si on traduisait moins de trucs. Bon, là, je me fais confiance pour avoir suffisamment de bons réflexes et ne pas faire n'importe quoi, mais j'espère qu'on dit toujours du bien de moi chez les lecteurs et qu'il y a pas un forum quelque part avec un topic "Mais qu'est-il arrivé à Jérémy Manesse ?".

Alors quoi, faudrait-il que je réduise la voilure, pour éviter de me lasser de ma passion ? Hmmm... nan. Aujourd'hui, je me retrouve avec une semaine (une semaine !) d'avance sur mes prochaines deadlines, et je me redis que ça va, je gère. Mais je suis de ces gens qui ont tendance à laisser filer tant que la date butoir ne clignote pas en gros au-dessus de mon ordinateur. Je ne dirais pas que c'est de la procrastination (ça sonne toujours tellement intelligent d'utiliser ce mot), parce que ça n'est pas comme si je ne faisais rien de mes journées, mais quand j'ai un peu de temps devant moi, d'autres priorités viennent se substituer à la traduction. Comme le théâtre, la vie de famille, la maison à vendre, les courses à faire, tout ça. Et puis il arrive que je pense être dans les temps, mais il suffit qu'un imprévu survienne ("ah, le planning a changé, cet épisode que tu as déjà traduit n'est finalement pas pour tout de suite, mais par contre il y en a deux nouveaux qu'il faudrait rendre hier") pour envoyer au tapis tout mon beau plan de bataille.

Je vais donc faire de mon mieux pour conserver mon avance actuelle (même si je n'en donne pas la meilleure preuve en écrivant cet article), et même l'amplifier, pour avoir au moins deux semaines de disponible au moment de l'arrivée du bébé... et en 2015, vous devriez me voir toujours autant à la traduction de vos comics préférés. D'autant que perso, je suis toujours très client de ce que fait Marvel, et j'attends les prochains crossovers avec impatience. Et les prochains films aussi... mais ça, c'est un article pour un autre jour.

Enfin bon, un mois off, à l'occasion, c'est vrai que c'est un doux rêve qui me tenterait pas mal. Ah, on dormira quand on sera morts, hein.

(Pour ceux qui voudraient découvrir mes précédents articles sur la traduction, il suffit de cliquer sur "Perdu dans la Translation", juste là, à gauche de l'écran.)

(Oh, et une dernière info comics, tant que j'y suis : Je serai présent à la Paris Comics Expo, le week-end du 22/23, et j'animerai une conférence le samedi à 16h30, avec Aurélien "Padawan mon cul" Vives, dont le sujet sera le planning du début d'année 2015 chez Panini. Ooooh, des scoops.)

ALL-NEW Perdu dans la Translation 1 : Burn out or not burn out ?

Commenter cet article