Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ON EN EST LÀ :

Le Blog de Jérémy Manesse

Pages

Publié par Jérémy Manesse

Preacher ne prêche pas pour sa paroisse et c'est tant mieux

Bon, le déballage vidéo de la Loot Crate DX, ce sera pour une autre fois, vu que mon colis est parti encore plus en retard que le mois dernier. Le contenu (que je connais déjà) me plaît a priori plutôt moins que celui de la box précédente (sans doute parce que je ne mets pas de montre), il faudra que mon troisième mois fasse mieux que ça pour que je prolonge l'expérience.

Ces derniers temps, j'ai fait pas mal de rattrapage côté séries. Notre consommation a sacrément morflé depuis la naissance de Loki, il nous manque une saison de Dexter et deux de Mad Men, pour vous dire. Et puis les excellentes séries Marvel sont sorties sur Netflix, et trouver le temps de regarder deux saisons de Daredevil et une de Jessica Jones, ça n'a déjà pas été une mince affaire.

Je me suis en tout cas complètement remis à niveau sur Game of Thrones, qui casse. La. Baraque. J'en étais resté à la fin de la saison 4 et je me suis bouffé toute la suite juste à temps pour déguster le final. Oui, ça signifie qu'en plus de mon abonnement Netflix, j'ai pris OCS, ce qui me revient quand même moins cher, pour l'instant, que si j'avais Canal (il y en a encore qui trouvent que ça vaut le coup; Canal ?) et surtout moins cher que la tonne de Blu-Rays que j'achetais régulièrement. Pour moins de 20 euros par mois, j'ai plus de choses que je ne peux en regarder, et tout ce que je ne veux absolument pas rater.

En plus de GoT, OCS a le show de John Oliver (un genre de Petit Journal gonflé aux hormones et au vrai journalisme, si vous ne connaissez pas), un paquet de séries HBO... et le truc qui a fait pencher la balance, la série adaptée du comic-book Preacher, par Seth Rogen et sa bande.

Alors, je rappelle que le Preacher de Garth Ennis et Steve Dillon est sans doute MA série préférée de tous les temps et que si tu ne l'as jamais lue, tu pues. Beaucoup d'attentes, donc, et j'admire la façon dont la série diffusée sur OCS en France fait beaucoup d'efforts pour ne pas y répondre... parce que c'est ce qui fait sa force.

Je vais essayer de m'expliquer sans spoiler ni la série ni le comic-book, ce qui ne va pas être évident... Il y aura peut-être un ou deux paragraphes plus spoilant pour ne pas trop rester dans le vague, mais pour le reste, je ne ferai même pas de résumé, je resterai juste sur des considérations qui ne diront pas grand-chose à ceux qui ne savent rien de Preacher.

Ce qui me plaît dans cette série, c'est que tout en gardant l'esprit de Preacher, à savoir un côté complètement tarantinesque (ce qui peut paraître bateau comme qualificatif mais, franchement, ça reste celui qui décrit le mieux le mélange d'humour, de violence fun et de personnages à la fois sympathiques et haïssables qu'on trouve à la fois dans la série et la BD), elle se distancie dès le départ et très clairement de l’œuvre d'origine, ce qui aura de quoi, je pense, faire hurler plus d'un fan. J'avoue qu'il m'a fallu un temps de réflexion après les deux premiers épisodes pour encaisser les nombreux changements.

Mais après réflexion, là où c'est génial, je trouve, c'est que rien de ce qui est montré n'empêche clairement de retomber sur la saga telle qu'elle se déroule dans le bouquin. Au contraire, elle donne des motivations supplémentaires aux personnages, ajoute des personnages secondaires savoureux, et amène les trois personnages principaux au point où ils doivent se trouver pour la suite, mais avec un peu plus de "viande" sur leur personnalité.

Je ne prendrai qu'un exemple, un léger spoiler (saute ce paragraphe si tu ne veux rien savoir) : Dans la BD, on part du principe dès le départ que Jesse Custer a un usage très responsable de son pouvoir. Ici, c'est tout le contraire et c'est un peu au centre de la tension dramatique de la saison, mais au bout de six épisodes déjà diffusés, il devient assez apparent qu'à l'issue de ces dix premiers épisodes, il aura appris des leçons qui feront de lui le même héros qui a un usage très parcimonieux de ses pouvoirs dans les comic-books.

D'une manière générale, il est très probable que l'intégralité de la première saison nous amène grosso-modo à la fin de l'épisode 4 de la série, au grand maximum. Et à partir du moment où je ne m'emmerde pas une seule seconde, ça me va très bien. Pour ceux qui sont fans des comics cependant, j'ai l'impression qu'il vaut mieux savoir ça dès le départ, pour éviter une impression de patinage qui empêcherait de savourer la série pour ce qu'elle est.

Pour ceux qui ne sont pas fans... Merde, j'aimerais bien en faire partie, parce que la série télé ne fait AUCUN effort pour expliquer comment s'imbriquent les différents mystères établis, la logique qu'il y a derrière toute cette folie, et ça ne pourra qu'être jouissif quand toutes les pièces du puzzle vont tomber en place. Et le mieux c'est qu'ils pourront ensuite aller sur la BD et s'apercevoir qu'il leur reste quasiment tout à découvrir. Le démarrage de l'épisode 2 et du 5, par exemple, ne pourra que les laisser à la fois emballés et complètement perplexes, un "What the fuck ?" perpétuel et assumé, dont il est savoureux de savoir qu'il mène vraiment quelque part.

Et puis il y a quelques scènes d'anthologie, vraiment, la dernière en date apparaissant au tout début de l'épisode 6, qui vient de sortir.

Preacher est clairement, pour moi, une réussite, en tout cas pour l'instant, et je conseille vivement à tous ceux qui n'ont jamais entendu parler de la BD (je sais bien que les autres essaieront à un moment ou à un autre) d'y goûter. La série est déjà assurée de revenir en deuxième année, pour une deuxième saison de 13 épisodes.

Sinon, j'ai essayé Powers (diffusé aussi sur OCS) et j'ai le regret de dire que j'ai tenu un quart d'épisode, avant de craquer devant le côté cheap, le jeu outré et l'usage excessif de wonderbras sur tous les personnages féminins. Pour vous dire que ça n'est pas parce que j'aime le comics que je vais automatiquement aimer la série. Ah, et puis, j'ai essayé de me remettre à Walking Dead, mais j'ai lâché au milieu de la saison 4, parce que, en plus de prendre sans arrêt des décisions à la con, ils me dépriment, tous.

Preacher, de son côté, est FUN.

Commenter cet article