Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ON EN EST LÀ :

Le Blog de Jérémy Manesse

Pages

Publié par Jérémy Manesse

En finir avec les gueules de bois

Ah, il fallait bien une élection présidentielle catastrophique pour réveiller mon Blog. Bon, pour être honnête, il fallait aussi une accalmie dans mon planning, comme quoi tout ça tombe bien. Oui, j'essaie de trouver des côtés positifs à tout ça. J'en chie ?

A vrai dire, oui, si j'écris ces mots c'est parce qu'en rassemblant mes esprits, démolis par les dépêches de ce matin annonçant la victoire de Trump, j'arrive quand même, malgré la déprime totale, à voir un point positif au milieu de cette catastrophe.

Quand Bush est passé au début du siècle, on s'est moqués des Américains. On sait maintenant qu'on est largement capables d'être aussi nazes, et avec l'élection de Trump, la seule question reste de savoir si c'est trop tard pour changer ou si on doit se résigner à se fader cinq ans de présidence FN. Je faisais partie des gens qui pensaient "ça ne peut pas arriver", mais je trouvais tout autant improbable, et même plus improbable, la victoire de Trump. Il est temps d'acter que la démocratie telle que nous l'avons pratiquée jusque-là a vécu.

Avec tout juste une personne sur deux qui vote, c'était couru qu'on aille dans le mur à plus ou moins long terme. Le décalage total des politiques et des médias avec la perception qu'ont les gens du système actuel (système au sens large, à savoir un système capitaliste fondé sur une société entièrement vouée à la consommation, le système des 1%) n'a pas aidé. J'aimais énormément la politique, j'aimais les débats, qui pouvaient auparavant être de vrais échanges d'idées, argumentés. J'exècre ce que tout ça est devenu, à savoir un genre d'extrapolation de ce qui se passe sur les forums de discussion internautes, des échanges binaires "pour ou contre", "0/10 ou 10/10", "noir ou blanc", une incessante bataille de tweets rageurs que les présentateurs télé empêchent systématiquement de se transformer en réelle discussion et où le gris n'existe pas. Politique et journalisme, ce sera le sujet de ma prochaine pièce, quand j'aurai le temps de l'écrire, mais bon, passons. Je ne veux pas faire trop long parce que j'ai un truc précis à dire.

Comme sur beaucoup de points ces temps-ci, je rejoins Mélenchon sur son analyse de la victoire de Trump. Oui, Sanders aurait gagné face à Trump, et facilement sans doute.

(D'ailleurs, outre les pseudo-casseroles de Clinton et le fait qu'elle symbolise le système dans toute sa splendeur, ce serait bien de ne pas occulter le fait qu'elle a perdu - peut-être essentiellement - parce qu'elle est une femme. Le sexisme est probablement la forme de racisme la plus répandue et la plus tolérée dans le monde, aujourd'hui encore... y compris chez les femmes. Il n'y a qu'à se souvenir des commentaires assassins qu'on entendait de la part des électrices sur Ségolène Royal, qui "s'habillait comme un sac".)

Comme le dit aussi Mélenchon, Sanders n'est pas passé parce que trop "anti-système", trop à gauche. Ses idées séduisaient largement mais est-ce que proposer un vrai changement, ça n'était pas prendre le risque de faire peur et de perdre l'élection ? On voit bien qu'en face, le problème ne se pose pas.

C'est connu, on n'est jamais contents à gauche. Je ne suis pas fana de Hollande du tout, mais avant que son quinquennat ne devienne irrécupérable il s'est pris pas mal de coups de la part de son propre camp, alors qu'il avait fallu cinq ans aux électeurs de droite pour admettre que non, Sarko, ça ne le faisait pas... et encore.

Et en même temps, nous n'avons jamais le courage d'aller au bout du truc, de donner sa chance à une autre façon de faire de la politique... parce qu'on est encore traumatisés par 2002 et par la peur de ne pas être au second tour. Face à une droite flippante tant elle est décomplexée, on a peur d'être de gauche, de proposer quelque chose de nouveau.

Il faut que ça s'arrête.

Parce que très clairement, je pense que la seule chance actuellement 1) que Le Pen ne passe pas en 2017 et 2) que la personne qui l'écarte ne soit pas quelqu'un qui nous décevra inévitablement, c'est de s'orienter vers Mélenchon et sa Sixième République. C'est le seul sur qui le logiciel anti-système du FN ne peut pas avoir de prise, le seul en position de proposer une réelle alternative qui ne se fasse pas sur la haine et le rejet de l'autre... et assez concrètement, pour l'instant, c'est le candidat le mieux placé à gauche. Le seul ? Parce que navré, pour moi, Valls et Macron se situent un peu plus à droite que Juppé, hein. Il y a bien Montebourg, mais il y a le délit de faciès, personne ne pourra jamais croire que Monsieur Prout-prout est bien de gauche.

En plus, vu le néant sidéral qu'il y a à gauche, on ne parle même pas d'extrême-gauche, de couper les têtes des aristos ou de chose de ce genre. Les idées de Mélenchon sont juste de gauche. Un exemple comme ça, ce qu'il disait chez Ruquier il y a quelques semaines :

On n'est pas forcément d'accord sur tout, mais ça c'est aussi un truc que les électeurs de gauche doivent comprendre : Vous n'aurez pas votre programme parfait des trucs qui vous tiennent à coeur à vous. Il faut penser collectif, un peu, accepter quelques compromis si on veut avoir un progrès. Et au moins, il y a un programme, tiens.

Et c'est quelqu'un qui se voit plutôt de centre-gauche qui parle. Je suis comme vous, j'ai voté utile, j'ai voté Chirac en faisant la gueule, j'ai hésité à voter pour autre chose que le PS parce que je ne voulais pas prendre le risque de me prendre une veste... Le bobo de gauche, c'est moi. Mais là, sur cette élection, je pense que le vrai vote utile c'est Mélenchon dès le premier tour. Il a fait 11% en 2012, il me paraît impensable qu'il fasse moins, surtout si les complexés du vote hors des clous que nous sommes se sortent les doigts du cul. Et soyons lucides, la deuxième place se jouera autour des 17-18%. Et le danger Le Pen peut même devenir un atout, parce qu'effectivement, les changements que Mélenchon propose pourraient faire peur, et face à un représentant de l'establishment, son étiquette "gauchiste" l'empêcherait sans doute de l'emporter. Mais face à Le Pen, tout est possible. Et en ça, c'est la première fois qu'un VRAI changement constructif est possible.

C'est très important, parce que l'alternative, c'est l'extrême-droite ou l'apathie... qui ne ferait que conforter l'extrême-droite à plus long terme. Il faut que nous soyons le pays qui proposera un autre système que celui qui existe, de façon pacifique et apaisée plutôt qu'en tapant sur tout ce qui ne nous ressemble pas.

Bon, vous trouvez peut-être que je m'emballe, que rien ne prouve qu'il fera ce qu'il dit. Je n'aurai peut-être pas su vous convaincre et chacun doit être libre de son choix (et il peut se passer tant de choses en six mois). Peut-être que vous êtes contents du système actuel. Peut-être que vous en avez marre d'être déçus et que vous préférez bouffer McDo parce qu'au moins, on sait qu'on mange de la merde. Peut-être que vous vous en foutez. Peut-être que vous êtes de droite (ça arrive à des gens très bien). Mais réfléchissez-y, et si vous êtes un tout petit peu curieux de ce que pourrait donner autre chose que les différents duels déjà décidés par les journalistes, renseignez-vous sur ce que dit Mélenchon. Franchement, il n'y a rien d'extrémiste là-dedans, ni même d'anti-européen. Par contre, il y a quelqu'un qui fait de la politique comme j'aimais bien qu'on la fasse, qui donne envie et qui n'attise pas la haine. Quelqu'un qui maitrise à fond les réseaux sociaux, ce qui augmente ses chances. J'insiste là-dessus, c'est quelqu'un qui a VRAIMENT ses chances. Et qu'il fasse souffler un peu d'espoir de changement, par les temps qui courent, c'est déjà pas mal.

Celui qui veut voter contre le système et qui ira voter Verts, PC ou je ne sais quoi, en revanche, il va me gonfler, je vous le dis tout de suite. Et je lui dirai "Que de la gueule". Pour que ça passe, on doit tous s'y mettre... et ignorer les inévitables études qui vont nous expliquer qu'il n'a aucune chance, parce que le succès de Mélenchon, c'est tout simplement pas ce que les médias ont prévu. Allez, on finit en douceur et en musique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alain 10/11/2016 15:28

Bonjour,
je suis d'accord avec ton analyse, il faut sortir de cette dualité attentisme ou extrémisme, je pense qu'il faut aussi dès le premier tour voter pour une personne forte et surtout qui apporte du changement, Mélenchon sera t-il cette personne ? Moi en tout cas son discours me parle, maintenant il faudrait que nos médias et nos journalistes fassent leurs métiers "consciencieusement" et non plus partisane, élitiste ...

Donc il faut se sortir les doigts du queue et arrêter de penser à nous mais ce que nous voulons pour les prochaines générations, que l'on soit parent ou pas.

Alain 12/11/2016 07:49

vive les correcteurs d'orthographes et les écritures intuitives, ça m'apprendra à poster avec mon smartphones.
Je voulais donc dire il faut se sortir les doigts du cul et surtout penser aux conséquences de nos actions et inactions et là je parles de ceux qui ne votent pas ou qui votent blanc, en France cela n'est toujours pas reconnu (ils ne sont pas fous les politiques, ils ne veulent pas se tirer une balle dans le pied) donc vous voulez exprimer votre désaccord allez voter et surtout réfléchissez à votre geste et à votre choix.