Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ON EN EST LÀ :

Le Blog de Jérémy Manesse

Pages

Publié par Jérémy Manesse

Pourquoi je vais finalement voter Machin (ou pas)

Elle a été fun, cette semaine, hein ?

Dimanche soir, après le coup de blues du premier tour et cette arrivée ratée de quelques 600 000 voix (une paille, comparées aux 47 millions d'électeurs appelés aux urnes), j'ai ressenti le besoin d'exprimer un bon coup à la fois ma frustration et l'intention que j'avais de m'abstenir ou de voter blanc au deuxième tour (ce dont je n'avais jamais fait mystère si on se retrouvait avec un duel entre les candidats Macron, Fillon et Le Pen, au passage). Je n'ai pas été le seul à avoir cette réaction épidermique.

Des amis macronistes qui voyaient bien le genre de déception qui pouvait être la nôtre ont eu la réaction intelligente de nous laisser faire le deuil. Il y avait tout de même deux semaines avant le deuxième tour, autrement dit une éternité. Le reste de la Terre a jugé utile de mener contre nous une guerre immédiate, injurieuse et violente. L'objectif n'était plus que le FN ne soit pas élu au second tour, il fallait que les Insoumis votent Macron. Qu'ils le disent, qu'ils l'affirment, si possible en vidéo. S'en est suivi, toute la semaine, un défilé de tribunes, de chroniques, d'articles (oui oui, ça vient souvent de chez Slate), exigeant une position ferme et claire de notre part et surtout de la part de Mélenchon, et en contrepoint des tribunes, des chroniques, des articles, expliquant qu'on était encore en démocratie et que chacun était libre de son choix, aussi farfelu vous semble-t-il.

On en est arrivés à des situations extrêmes, pour le coup un peu fascisantes, ou l'appel de Martine Aubry, par exemple, pour "comme en 2002, faire barrage au Front National" était condamné comme n'étant pas assez clair ("Non, il faut qu'elle dise son nom !"). Comme s'il fallait humilier les gens qui considèrent Macron comme un ennemi juré, politiquement parlant. Surtout, comme si quiconque avait jamais suivi une consigne de vote ne correspondant pas à ce qu'ils ont décidé de faire.

Je me suis même fait donner des leçons par quelqu'un qui n'avait pas voté au premier tour. Faut le faire. Parce que oui, si Le Pen passe, ça ne sera pas de la faute de ceux qui votent Le Pen, ni celle des 10 millions qui n'ont pas voté au premier tour et lui ont permis d'être là, ni celle de l'insipide Macron, mais la nôtre. Autant être prévenus d'avance.

Cette réaction imbécile a eu évidemment pour effet de radicaliser ceux qui, comme moi, voient en Macron un danger à long terme bien plus terrible que le danger à court terme d'un gros score du FN au second tour. Je m'arrête d'ailleurs pour répéter pourquoi, mathématiquement, je continue à juger aussi improbable la victoire de Le Pen que de gagner au Loto ce soir (sachant que je n'ai pas joué).

On sait, historiquement, que le FN a un réservoir très limité de voix. En 2002, Le Pen a fait 4,8 millions de voix (seulement !), 700 000 de plus au second. Plus récemment, en 2015 aux régionales, record du parti, où la gauche était en plus largement absente du second tour et où le FN a pu se maintenir partout, le parti est passé de 6 millions de voix à 6,8 millions. 800 000 voix de plus. A Henin-Beaumont en 2002, Marine Le Pen elle-même n'a pu augmenter son score que de 20% entre les deux tours.

Et pourtant, on voudrait me faire croire qu'en ayant eu 7,6 millions de voix au premier tour, Le Pen pourrait gagner le second. En imaginant une abstention monstre à 33%, il faudrait pour ça qu'elle fasse 15 millions de voix, soit le double du premier tour. Le tiers du pays prêt à laisser les clés aux fachos.

"Mais il y a Trump !", me dit-on. Déjà, Trump aurait perdu les élections si cela s'était déroulé comme en France. Ensuite, Trump avait l'un des deux partis majoritaires des Etats-Unis derrière lui. Enfin et peut-être surtout, Trump est un signal suffisamment fort pour précipiter la plupart des gens vers les urnes ici. Le mouvement vers l'abstention n'est pas une vague, nous n'essayons de convaincre personne. En tout cas me concernant, j'ai indiqué quel était mon état d'esprit, mais je n'ai absolument pas essayé de convaincre qui que ce soit de ne pas voter Macron.

Là-dessus, des amis m'ont posé une question bien plus intéressante : "Si tu ne veux convaincre personne, pourquoi affirmer si fortement ton abstentionnisme ?". Tout d'abord, parce qu'il faut avouer qu'à force de se faire insulter, on se radicalise, clairement. Mais ça n'est pas le fond du problème.

Ce qui m'a choqué, moi, dimanche soir, c'est à quel point il était acté que Le Pen allait être au deuxième tour, et le peu d'indignation que ça a provoqué. Bien loin, les rassemblements spontanés du 21 avril 2002, la gravité de Chirac en prenant la parole (Macron semblait avoir oublié qu'il n'avait pas encore gagné l'élection), l'hébétude des commentateurs politiques ("c'est avant tout le couronnement de la superbe campagne de Macron", a-t-on pu entendre dimanche, entre autres). On avait l'impression qu'avoir Le Pen au deuxième tour, c'était surtout l'assurance que Macron allait passer, ce qui rassurait évidemment une majorité des gens en place pour qui c'était le seul candidat viable. Et ça, c'est un problème. Parce qu'à force de banaliser ça, effectivement, à ce compte-là, elle peut passer.

Cette histoire de Barrage Républicain, c'est devenu un outil bien trop pratique pour manipuler les masses, depuis 2002, et leur faire voter ce qu'on veut (on sait bien que c'est pour ça que Mitterrand avait laissé prospérer le FN). Pourquoi personne n'a supprimé l'article 16 de la constitution depuis 2002, alors que c'est la seule chose qui permettrait réellement à Le Pen de menacer la démocratie entre maintenant et les législatives ? Parce que c'est quand même bien pratique de pouvoir faire peur avec le FN.

Selon une étude des Echos (pas exactement des mélenchonnistes), 45% des électeurs de Macron ont voté utile dès le premier tour, pour éviter Le Pen / Fillon au deuxième tour. Alors même que 61% (61% !) des mêmes électeurs pensent que leur situation ne va pas s'arranger sous Macron. Sans l'épouvantail Le Pen, jamais Macron n'aurait atteint le deuxième tour.

Et la manipulation continue : Les médias font du silence de Mélenchon (alors qu'en 2002, Jospin a mis cinq jours avant de s'exprimer, ce qui n'a à l'époque dérangé personne) et du DANGER FN un prétexte pour décrédibiliser le mouvement de la France Insoumise, qui s'annonce comme la force républicaine la plus cohérente et la plus stable pour les législatives. On est déjà en train de nous dire "Il ne faudra pas voter FI parce qu'ils n'ont pas appelé à voter Macron". Argument qui se retournera contre ceux qui le lancent, je pense, parce que tout le monde voit à très, trop court terme.

En somme, tout le monde use bien trop légèrement de l'arme de manipulation massive du FN. Ce qui me fait dire que les gens n'ont pas ASSEZ peur que le FN passe. C'est pourquoi, quoi que je fasse au final le dimanche 7 mai, je vais continuer à laisser croire que je peux m'abstenir. Parce que ce chantage anti-démocratique a assez duré. La conférence de presse de la France Insoumise, en milieu de semaine, m'a fait énormément de bien, d'abord parce qu'elle montre que ceux qui montent au créneau en l'absence de Mélenchon sont tout à fait capables de prendre la suite, ensuite parce qu'elle est dans la droite ligne de ce que je pense.

(Ca dure un peu longtemps, hein, vous regarderez peut-être ça plus tard.)
 

Mais voilà, vous avez vu le titre de cet article, et si vous vous êtes accroché jusque-là, c'est que vous attendez le rebondissement. J'y suis presque.

Sur beaucoup de points, je le répète, je trouve Macron aussi dangereux que Le Pen. Oui, la politique de Le Pen a tué, de sinistre mémoire (même si ça reste, je pense, une caricature de voir en elle un Hitler en puissance), mais en ce moment, partout dans le monde, c'est la politique défendue par Macron qui tue, et creuse les inégalités, et détruit la planète, ET fait monter le Front National. C'est mon point de vue, et si on l'accepte, on peut imaginer à quel point c'est difficile pour moi d'envisager de voter Machin.

(D'ailleurs, si on s'était trouvés avec un Mélenchon / Le Pen, je suis certain que l'unanimité n'aurait pas été de mise, et que le "ni/ni" aurait trouvé un écho beaucoup plus large dans les médias et la classe politique. Et que ça aurait dérangé beaucoup moins de monde. Si vous ne le croyez pas, attendons les législatives. Les triangulaires risquent d'être assez savoureuses dans les cas où la France Insoumise sera en meilleure position pour battre le FN. Et d'ailleurs, certains électeurs de Macron, plus honnêtes que d'autres, m'accordaient volontiers ma position, parce qu'entre Mélenchon et le Pen, ils n'auraient pas choisi.)

Je ne crois pas que Marine Le Pen créerait un état fasciste. Je pense que ce serait la merde, clairement, mais que comme Trump elle ne pourrait pas mener sa politique comme elle l'entend parce que les contre-pouvoirs sont nombreux, et qu'elle n'obtiendrait pas de majorité aux législatives.

La SEULE différence vitale à mon sens entre Macron et Le Pen, c'est la haine. Je trouve le danger Macron en un sens plus grand parce qu'il est insidieux et pernicieux, qu'il se cache derrière un sourire, mais le FN, c'est la haine, uniquement la haine. Et en fait, je n'ai pas peur du FN en tant que tel, mais j'ai peur de la violence qui sera désinhibée si elle passe, des gens qui risquent de se faire physiquement agresser dans la rue. C'est pour ça que oui, je trouve que Le Pen c'est pire que Macron. Mais seulement pour ça. Je ne veux pas que certains de mes amis, de mes voisins, souffrent, que mes enfants vivent dans ce genre de climat de tension.

On en revient donc à la crédibilité du danger. Je l'ai dit, la probabilité est très très faible, quasi nulle. Mais.

Mais depuis une semaine, tout le monde a l'air de devenir cinglé. Les médias continuent de faire la campagne la plus pitoyable de l'histoire. Voilà qu'au moment où Macron, qu'ils ont encensé pendant des mois, est confronté à Le Pen, ils se mettent à faire du Macron-bashing, cognant à toutes forces sur les détails les plus insignifiants de sa campagne. Comme s'ils s'étaient dit "tiens, quand on tapé sur Mélenchon, ça l'a fait monter, peut-être qu'on ferait mieux de faire ça". En parallèle, alors même qu'on nous dit que Le Pen c'est pire que tout, on la traite comme une candidate normale. S'il faut surtout éviter qu'elle gagne, pourquoi est-ce que je reçois des alertes sur mon téléphone à chaque fois qu'elle tient un meeting ?

Ensuite, la bulle Macron choisit le pire moment pour enfin se percer. Il prouve sans cesse à quel point il est trop frais pour tout ça, et il passe bieeeen trop de temps dans ses meetings à tirer sur Mélenchon, les gens du PS et les Républicains qui ne se rangent pas derrière lui comme un seul homme. Ils ont perdu, bonhomme, ton adversaire est en face. Il faut nous rassembler maintenant ! Ajoutons à ça ce côté exalté qui me fait un peu trop penser à Geoffrey dans Game of Thrones. Je ne jurerais pas qu'il n'a pas, lui aussi, un petit dictateur en lui.

Enfin, Le Pen, de son côté, fait indubitablement une excellente campagne. Se mettre en retrait du Front National, et surtout s'allier à Dupont-Aignan, c'est un gros coup. De deux façons : Elle montre qu'elle est prête à s'ouvrir à la frange de la droite qui a toujours été un peu tentée par elle, et en annonçant qui sera son premier ministre, elle met au défi Macron de sortir du flou. Comme la candidature de celui-ci a énormément tenu là-dessus, il a tout à y perdre. Il y a peu de noms parmi ceux qui circulent qui feraient l'unanimité.

Seul grosse connerie de sa part : Son insupportable vidéo aux Insoumis, qui a tellement mis les nerfs à certains d'entre nous que c'est sûrement le meilleur argument de la semaine pour aller voter Machin. Pour ma part, j'ai eu l'impression d'être un enfant qui entre dans sa chambre et trouve quelqu'un en train de filmer un film porno avec ses peluches.

Mais voilà la situation vraiment merdique dans laquelle je me trouve. Même si je pense toujours que Le Pen ne peut pas passer, j'ai l'impression que tout le monde s'y met pour que ce soit possible. Elle, Macron, les médias, et vous tous qui me prenez le chou depuis le début de la semaine et envoyez toujours plus de gens vers l'abstention. Et j'hésite.

Si je finis par ne pas voter pour Machin, j'aurai de toute façon ma conscience pour moi. Pourquoi ? Parce que pendant que vous nous traitez de collabos et d'irresponsables sans jamais rien faire pour faire effectivement baisser le Front National, je cherche. Je cherche, autour de moi, les gens qui pourraient être tentés par le FN, qui en ont parlé. Et eux, je leur parle, je les convainc de s'abstenir. Et ça n'est pas si difficile, surtout quand on a milité pour le seul candidat qui propose un exutoire positif et humaniste à la colère des gens. Mélenchon l'avait prouvé il y a quelques mois dans l'Emission Politique, avec cette restauratrice de Calais qui avait fini par décider de voter pour lui.

Tout ceux qui votent pour Le Pen ne sont pas racistes. Tous ceux qui votent pour Le Pen ne veulent pas qu'elle passe. En les ostracisant, en estimant qu'ils sont "perdus pour la démocratie", on accepte que le score du FN ne fera jamais que monter, puisqu'on ne propose rien pour diminuer les inégalités, réconcilier les gens, déstigmatiser les étrangers. En votant Macron pour contrer Le Pen, quelque part, on lutte contre les conséquences en renforçant les causes. Et si je ne vote pas Machin, mais que j'ai convaincu quelques personnes de ne pas voter FN, comment je pourrais être mal dans mes baskets ?

Mais tout ça étant dit, voilà ce que je vous propose, à vous les amis Insoumis qui êtes dans la même situation que moi, et aux autres indécis de l'abstention. Evidemment, ça n'est pas une consigne, chacun fait ce qu'il veut, je vous dis juste ce que j'envisage de faire.

J'irai voter Machin (non, je ne sortirai pas clairement cette phrase), pour m'assurer que Le Pen ne passe pas et que ça ne soit pas la fête au casseur d'arabe dans la rue. MAIS dans toutes mes conversations sur Internet, je continuerai à laisser planer le doute, pour que jusqu'au bout, on ait PEUR que le Front Républicain ne marche plus. Et Machin gagnera. S'il passe à plus de 60%, je rirai au visage de tous ceux qui m'ont affirmé que "SI, ça va se jouer à CA !", jusqu'à la fin de l'éternité, ce qui sera une récompense en soi. Puis, je laisserai Machin s'empêtrer dans une coalition impossible à créer, montrer les incohérences de son programme, dévoiler l'ultra-libéralisme de sa politique. Je regarderai le PS et les Républicains se noyer dans ces incohérences et se déchirer.

Et ensuite, nous gagnerons les législatives. Nous prendrons un malin plaisir à demander parfois aux gens de faire barrage à Machin puisque Le Pen n'est plus un danger. Et Machin devra se fader cinq ans de cohabitation avec la France Insoumise, au grand dam de tous ceux qui nous pensaient morts et divisés. Et ce sera encore plus beau parce que nous aurons prouvé que nous ne sommes pas une bande d'illuminés derrière un gourou mais une vraie force politique.

Et à l'issue de ces cinq ans, il est fort possible que le FN tombe en-dessous des 10%. Et que tout le monde puisse enfin voter pour ses convictions à la prochaine Présidentielle.

Je voterai Machin, donc.

Ou pas.

Je vous laisse avec l'intervention du copain, post-premier tour, pour ceux qui ne l'ont pas encore vue. Encore une fois, ça fait du bien.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Boccalupo 08/05/2017 13:58

Bravo,
je ne lis cet article que ce matin, sur les conseils d'un ami, aussi indéfectible insoumis, et c'est fou , quoique chômeur quasi retraité suite aux exactions budgétaires de Hollande, j'ai vécu la même semaine, tenté de faire entendre le même discours raisonnable, participé à des tas de réunions ou rencontres où on nous expliquait qu'il fallait être un collabo inconséquent, sans cœur, irresponsable pour envisager de s'abstenir ou de voter blanc. Comme vous j'ai considéré que convaincre des électeurs que je savais perdus par plus de 40 ans de cynisme libéral, de ne pas voter Le Pen, était plus utile pour éviter la catastrophe que de mêler ma voix aux rêveurs qui attendent de voir le chat sauver les oiseaux. Bon maintenant une question : c'était pas pour sauver la France aussi qu'ils ont voté les pleins pouvoirs à Pétain les ancêtres de Vals? Oh l'autre hé...!!! Bien sûr aucun rapport. ça s'appelle la démonstration par l'absurde. Et maintenant que l'on sait que nos calculs étaient justes, ne fanfaronnons pas, il va falloir lutter contre la campagne d'intoxication des législatives après la partie de rigolade que sera la nomination du gouvernement (ni) droite (ni) gauche mais certainement très très libéral. Aussi pour le monsieur qui, sansdéc, écoute trop les médias. Je ne connais pas un militant ou sympathisant de la gauche insoumise, anti capitaliste ou non libérale qui ait attendu la position du"Guide" ( Michelin?) pour se faire une opinion. Perso je ne l'ai pas écouté. Mais il est vrai qu'un certain nombre d'entre nous a un minimum de culture politique (pas celle de l'Obs, de Libé, de France Inter, C dans l'air, ou de Valeurs actuelles et Paris Match, celles qui nécessite de lire plus que quelques minutes par semaine, et qui permet de savoir que la notion d'extrême gauche est relative et bien des issus d'école de journalisme n'ont pas la moindre idée de ce que cela signifie réellement mais l'utilisent avec autant d'à propos qu "Ile de beauté" "foule d'anonymes" et autres poncifs)
Donc il s'agissait de faire barrage et comme de juste un Castor Junior a été élu (Vous savez les castors juniors, les neveux de l' Onc' Picsou ). Outre le fait que ces élections n'auront été qu'une litanie de matchs de barrages qui nous amène en 3 ou quatrième division, la première vague de mesures de régression sociale emportera le barrage et lâchera les flots gonflés, sauf si.....

Jérémy Manesse 08/05/2017 14:44

Oh, je ne fanfaronnerai pas mais je vais quand même me permettre de me moquer un peu. ;)

Je referai un article quand j'aurai le temps, mais au final, Macron 1er, Abstention+blancs+nuls 2e, Le Pen 3e, c'est un résultat qui me convient pas mal. En tout cas, vous avez raison, le troisième tour commence maintenant.

Sansdec' 01/05/2017 20:39

Eh bien, un civisme qui vous honore. Mais pourquoi cette désagréable impression qu'il a fallu attendre la vidéo du Guide pour que vous et les autres """insoumis""" ne "décidiez" quoi faire...

Jérémy Manesse 02/05/2017 23:46

Bon, vous m'avez un peu perdu sur la fin, je ne sais pas de quoi vous parlez la moitié du temps. Pour le reste (et j'en parlais dans mon article), si on regarde le détail du vote Macron, il n'y a QUE 55% de ses électeurs qui ont voté par adhésion (sondage des Echos). 45% ont voté uniquement pour éviter Le Pen / Fillon. Et sur la totalité des électeurs de Macron, 61% (!) pensent qu'il n'arrangera pas la situation. Ca interpelle tout de même un peu, non ? Surtout quand les scores des quatre premiers sont si serrés.

Pour ce qui est d'un duel Mélenchon / Le Pen, je ne me suis jamais projeté dans ce cas de figure parce que ça n'était pas souhaitable, ça fausse la démocratie. J'espérais un deuxième tour Macron / Mélenchon, parce que ça aurait été un vrai débat de société, débarrassé des casseroles de Fillon et du danger islamiste de Le Pen. Le débat aurait été un débat de fond, celui que nous évoquions ici, et ça aurait fait du bien. Quel que soit le résultat final, le vainqueur aurait eu bien plus de légitimité. La présence du FN tue cette élection.

Mais vous avez raison, Macron est tout à fait en droit d'appliquer son programme comme il l'entend. Nous ne sommes de notre côté pas obligés de l'accepter alors que les législatives suivent de près. Pour le reste, il y a un vrai désaccord entre nous qui ne se règlera pas. Le "réalisme", comme vous dites, c'est ce qui consiste à étouffer les classes moyennes et populaires au profit des plus riches, c'est ce qui concentre de plus en plus de richesses entre les mains d'un nombre de plus en plus restreint, et c'est ce qui tue la planète. On mène des politiques d'austérité depuis dix ans, le résultat est minable. Le "succès allemand" s'est fait aux dépens de ses voisins européens. Et je me permets de rappeler que concernant la dette, le seul moment ces trente dernières années où elle s'est résorbée, c'est sous le gouvernement Jospin... dont Mélenchon faisait partie, accessoirement.

Pour moi, le vrai clivage est de savoir si on pense pouvoir changer le monde ou pas. Vous pensez que c'est impossible et je trouve ça triste. Je trouve surtout dommage que ce débat n'ait pas pu avoir lieu et ces deux semaines interminables de campagne inutile, puisqu'on sait déjà qui doit gagner, me dépriment profondément.

Allez, ce sera tout pour moi, bonne soirée.

Sansdec' 02/05/2017 23:25

Je comprends. Vous n'avez pas tort sur les problèmes à venir qu'il faut résoudre. Par contre croire que c'est en sortant de la quasi totalité des instances internationales que l'on règlera les problèmes est, je m'excuse, de la totale naïveté. L'analyse des quatres forces me paraît très bien aussi. Pour ma part je suis plus binaire: de nos jours on a une opposition ouverture-fermeture, et réalisme-populisme. Macron est ouvert et réaliste (il dit la dure vérité aux gens). Mélenchon est fermé et populiste (tout paraît simple avec lui, c'est le père Noël), tout comme Lepen.

Par contre je ne suis pas du tout d'accord sur le fait que Macron devrait donner des gages aux insoumis! Déjà, pourquoi à eux seulement? JLM est quatrième, donc il faudrait commencer par en donner au Frontières et aux Républicains, et ensuite seulement aux insoumis. Imaginez-vous le bordel? Devoir unifier tous les courants? Vous me direz: non car Macron et Meluche c'est la gauche! Tiens donc, je croyais Macron un sale libéral de droite... Mais surtout, vous devez aussi accepter que des gens ont voté Macron pour son programme! Imaginez si Macron leur disait: "Bon les gars, désolé mais il faut faire plaisir aux électeurs de Mélenchon alors plutôt qu'appliquer mon programme je vais appliquer le sien, j'espère que vous m'en voudrez pas trop?" Trouvez-vous cela démocratique? Moi pas. Que vous le vouliez ou non Macron à gagné le premier tour démocratiquement. Son programme à eu le plus de voix, point barre, et ses électeurs attendent de lui d'appliquer le programme pour lequel ils ont voté. Que cela vous plaise ou non est totalement hors de propos. Pourquoi devrait-il trahir ses électeurs en appliquant les mesures d'autres candidats?? Si Mélenchon avait gagné osez prétendre qu'il aurait mis en place des politique de Fillon pour faire plaisir aux électeurs Républicains! Il ne l'aurait jamais fait, et moi qui ne suis pas Mélenchoniste j'aurais trouvé en cela une trahison: il aurait été élu pour faire de Mélenchon, pas du Fillon! Sinon à quoi servent les programmes?? A quoi sert même le vote?? Et auriez-vous parlé d'abstention, de non-légitimité du vote et autres lieux communs du genre des insoumis si Mélenchon était premier? Je mets ma main à couper que non. Jamais. JLM serait venu dire : "le peuple a parlé" et vous auriez tous été d'accord! Et c'est quoi toutes ces inventions sur le trucage des élections sur votre plate-forme discord?? Bon il est vrai que la théorie du complot est un des grands thèmes des altermondialistes... J'ai même rencontré des types qui parlent des traînées d'avion à Nuit Debout, c'est dire. Mais quand même, de là à inventer que le gouvernement a radié expressément les insoumis, il faut arrêter de rouler des splifs...‎

Jérémy Manesse 02/05/2017 22:01

Pour moi, ça n'est pas de l'extrême-gauche, c'est de l'altermondialisme. J'avais lu un article très intéressant d'un politologue pour le Figaro (!), qui évoquait l'idée que les blocs droite-gauche avaient laissé la place à quatre blocs qui étaient bien représentés aux élections (il disait ça il y a quelques mois, avant que ces quatre candidats ne soient à égalité presque absolue) : Le nationalisme (Le Pen), le traditionalisme (Fillon), l'individualisme (Macron) et l'altermondialisme (Mélenchon).

Pour moi, le déclic, ça n'a pas été la candidature Mélenchon mais le visionnage du documentaire "Demain", qui part du constat (pas une hypothèse, un constat) que si on continue comme ça, on est à la veille d'une extinction de l'espèce, et qui explore les solutions qui existent dans le monde pour empêcher la cata. Parmi elles : Transition écologique (bien sûr), démocratie plus participative, circuits courts. L'inverse total de ce vers quoi nous allons avec Macron, et un projet qui trouvait bien plus d'échos dans le programme de Mélenchon que dans tous les autres réunis. Bon, il y avait Hamon aussi, mais il était le seul au sein de son parti à vouloir de son programme. Cette prise de conscience, on est de plus en plus nombreux à l'avoir, c'est pour ça que le discours de Mélenchon a pu porter autant.

Plutôt que de faire une chasse aux sorcières sur les abstentionnistes, une réaction intelligente de la part de Macron aurait été de voir la masse de vote anti-système sur cette élection. Parce que si on considère l'abstention comme une forme de refus du système, ça fait une bonne moitié du corps électoral qui trouve qu'il y a quelque chose qui ne va vraiment pas dans le système actuel (je considère le vote FN comme un vote anti-système très mal placé, puisque c'est un leurre et qu'ils feront encore pire). Il aurait pu dire, au vu des résultats (un peu comme avait fait Chirac d'ailleurs, avant de se parjurer complètement) : "Je vois bien que la présence du FN au 2nd tour fausse le jeu et que ma légitimité ne sera pas entière. Et qu'il faudra convaincre d'ici aux législatives." Il fait tout sauf ça.

Comme je le dis dans mon article, on finira peut-être par y trainer les pieds. Mais il ne nous aide vraiment, vraiment pas.

Sansdec' 02/05/2017 21:43

Là je vous rejoins, je ne vois pas trop comment il fera... Le risque étant toutefois un paxs paralysé où le président doit agir par ordonnances et decrets pour pouvoir mettre en place des réformes douloureuses mais nécessaires. Or ce procédé risque de nourrir encore le vote extrémiste... Au passage, oui pour moi c'est de l'extrême gauche. Les propositions, les élucubrations sur la finance ennemie, l'admiration pour des régimes tous d'extrême gauche, la haine du libéralisme, la matrice de Nuit Debout... Si je puis me permettre, qu'est-ce selon vous? Vous allez peut-être me répondre humainste, mais alors je ne serais vraiment pas d'accord: un humaniste n'exclut pas, or JLM base tout son argumentaire sur des boucs-émissaires. On imagine mal Gandhi ou Mandela faire cela par exemple.

Jérémy Manesse 02/05/2017 15:41

Il se trouve que l'extrême-gauche, c'est pas du tout mon truc, comme quoi, on n'a pas du tout la même vision du mouvement de la France Insoumise. Ensuite, pour les législatives, on peut très bien avoir la majorité sans avoir 50% des voix (pareil pour la Présidentielle d'ailleurs). Et vu que Macron a aujourd'hui demandé à ceux qui veulent rallier sa majorité de rallier son mouvement en quittant leurs partis respectifs, ça veut dire que les groupes PS et LR seront aussi dans l'opposition. Pour moi, c'est surtout Macron qui va avoir beaucoup de mal à réunir une majorité. Ca dépend de ce qu'il fera de sa victoire d'ici aux législatives, j'imagine.