Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ON EN EST LÀ :

Le Blog de Jérémy Manesse

Pages

Publié par Jérémy Manesse

La Chronique Comics - Mai 2017

Alors, on va tenter quelque chose d'un peu différent pour ce blog, histoire de voir si j'arrive à trouver un format qui ne meure pas à petit feu dès que les élections se seront éloignées. Ici, on va donc s'écarter un peu des textes-fleuves qui pullulent sur cette page (enfin, je dis ça en commençant à écrire, on verra quelle est la longueur finale du truc) pour un genre de tour d'horizon de tout ce qui concerne les comics, sur papier, sur petit écran ou sur grand écran, ce mois-ci. L'idée étant de faire un article de ce genre par mois. Ce qui est bien, c'est qu'on pourra rire tous ensemble si la prochaine édition paraît en juin 2019.

Il y avait très certainement plus inspiré comme titre que "La Chronique Comics", mais ça a le mérite de la clarté. On va donc faire le tour de l'actu du mois vue de ma fenêtre, y compris l'actu de mes traductions... parce qu'à une époque, c'était quand même le centre d'intérêt principal de ceux qui visitaient cette page. Pour ce qui est des comics papier, on parlera exclusivement de l'actualité VF, sauf digression, mais toujours sans spoiler.

Bon, on arrive déjà à faire concis pour l'intro, c'est un bon début.

La Chronique Comics - Mai 2017

Les Gardiens remettent le couvert.

Depuis que j'ai des enfants (et ça continuera à être le cas jusqu'à ce qu'ils soient en âge de voir les adaptations comics au cinéma), je suis en décalage total par rapport aux sorties ciné. Je vois la plupart des films six mois, un an, cinq ans après leur sortie, en Blu-Ray à la maison, et même ça c'est compliqué puisque les 36 séries télé que nous suivons se disputent déjà nos rares soirées entre amoureux. Ca ne concerne pas que les adaptations de comics, d'ailleurs, vous seriez morts de rire si vous voyiez les films pas encore ouverts qui trônent sur mon étagère (Cheval de Guerre ? Mais pourquoi ?).

Pour les films Marvel, il y a parfois des exceptions, parce que je me retrouve invité aux avant-première, et que c'est des occasions suffisamment fun pour s'organiser une sortie. Et puis il y a les Gardiens de la Galaxie Volume 2, pour lesquels je n'ai à l'origine pas eu d'invitation mais où j'avais tellement envie de le voir que j'ai fait jouer mon réseau tentaculaire pour m'inviter tout seul (merci, Padawan). Après la sortie du film, j'y suis retourné avec tite chérie, en IMAX 3D puisqu'on a une salle équipée pas trop loin de chez nous, à la Villette.

Vous vous en douterez donc, c'est que ça m'avait pas déplu, dès le départ. Il s'avère que j'ai préféré mon deuxième visionnage du film. Déjà, en plus des meilleures conditions de l'IMAX où on était assis en plein milieu de la salle, tous blottis l'un contre l'autre dans les immenses fauteuils Duo, mon premier visionnage avait eu lieu avec un public assez froid. Surtout, j'ai mieux vécu, la deuxième fois, les longs passages d'exposition du deuxième acte, qui font un peu arrêt brutal après la folie furieuse des vingt premières minutes. Cette deuxième fois, j'ai pris le temps de savourer ce qui est un deuxième opus super bien ficelé.

Honnêtement, je ne pourrais pas dire si j'ai préféré le premier film ou le deuxième (le premier avait l'avantage de la surprise et de la fraîcheur mais le deuxième est sans doute plus abouti), mais ils ont en commun de ne jamais oublier les personnages qui sont au centre de ces aventures complètement cinglées. James Gunn aime parler de la famille, j'ai d'ailleurs lu ensuite qu'il avait eu des rapports très difficiles avec son père, et ça se sent. Le film vous parlera aussi si vous avez des frères ou des soeurs avec qui vous avez pu vous crêper le chignon, si vous vous êtes retrouvés à repousser parfois les gens les plus proches de vous... et si vous avez des enfants. Parce que mince, Bébé Groot m'a plus d'une fois fait penser à Loki, en particulier dans la superbe scène d'ouverture que je pourrais facilement me regarder quinze fois en boucle.

L'humour est omniprésent, et ça, je pense que vous savez maintenant que c'est une marque de fabrique de l'univers Marvel, et vous savez si vous êtes client ou pas. Surtout, le troisième acte est magistral, avec de véritables enjeux et un méchant très réussi. C'est peut-être bien le meilleur troisième acte des films Marvel, en y réfléchissant, alors que c'est souvent leur talon d'Achille (et ça depuis le premier Iron Man).

J'ai adoré la relation Nébula / Gamora, le rapport entre Rocket et Yondu, les échanges entre Mantis et Drax... Tout ça respire l'humanité et je dois dire que mon deuxième visionnage a eu pour moi un effet thérapeutique réel, comme un bonbon qui continue à fondre dans la bouche pendant quelques jours. Tous les personnages secondaires sont soignés, de Taserface qui aurait pu n'être qu'un vilain lambda à la secte de crétins dorés qui se sont autoproclamés comme étant la perfection génétique.

C'est une super nouvelle que Gunn soit davantage impliqué dans l'avenir de l'univers Marvel au cinéma, parce qu'il y met tout son coeur, au propre comme au figuré. Après la petite déception qu'a été Doctor Strange pour moi, je suis ravi, et tout ce que j'aurais à lancer comme critique serait du chipotage. Quand vous voulez pour le Volume 3.

(Oh, et tant que j'y suis, la bande annonce de Thor : Ragnarok est peut-être bien la meilleure de l'histoire des films Marvel.)

La Chronique Comics - Mai 2017

Le meilleur film des X-Men est une série.

Ah, également, nous avons dévoré la série Légion, diffusée sur OCS et disponible en Replay pendant encore un mois, il me semble. Les huit épisodes de cette première saison ont été bouffés en deux soirées, ce qui est un exploit compte tenu de ce que je vous disais plus haut, et ce qui nous a d'ailleurs coûté quelques jours de récupération après-coup. J'avais beauuucoup entendu parler de la série en amont, créée par Noah Hawley, celui qui a fait de Fargo une série, paraît-il également excellente et que j'ai encore plus envie de visionner maintenant.

Alors, comme tout ce qui est précédé d'une hype à tout casser, il vaut mieux y aller en modérant ses attentes. Oui, la série est plutôt une tuerie, en premier lieu grâce à une audace permanente de la réalisation, qui ignore comment filmer une scène sans réinventer quelque chose. Oui, le casting est au top, en particulier le personnage-titre mais il est particulièrement bien accompagné. Oui, j'ose dire que la série a peut-être plus de personnalité que tous les longs-métrages des X-Men (je n'ai pas encore vu Logan, je pense que pour moi, ce sera directement la version noir et blanc prévue en bonus du Blu-Ray).

Ensuite, voilà. Il ne faut pas s'attendre à un scénario digne de Breaking Bad ou même WestWorld. Les personnages font parfois des choix un peu agaçants, sauvés justement par la virtuosité de la réalisation, la deuxième moitié de la saison ne vaut pas la première et les huit épisodes ne servent finalement qu'à dénouer (plus ou moins) les questions posées dans le pilote (vous me direz, c'est déjà pas mal). Je précise que le dernier épisode sacrifie au "gimmick" Marvel de la scène post-générique, c'est toujours bon à savoir (je suis perplexe quand je vois encore - en 2017 !!!! - des gens quitter la salle à la fin d'un film Marvel, avant la fin du générique).

Mais franchement, ça vaut le coup d'oeil. Ne serait-ce que pour pouvoir faire une phrase avec X-Men, Bollywood et Serge Gainsbourg. Entre ça et Preacher, on a quand même été super gâtés en termes d'adaptations de comics en série télé, récemment.

Et je pense que c'est une question de jours avant que Marvel ne propose à Hawley de réaliser un film, si ce n'est déjà fait.

La Chronique Comics - Mai 2017

Quand on voudrait se réjouir mais qu'on peut pas.

Les toutes dernières nouvelles ciné concernant les super-héros, c'est le remplacement de Zack Snyder par Joss Whedon pour finir le tournage et superviser la post-production de Justice League, le film qui réunira sur grand écran Batman, Wonder Woman, Flash, Cyborg et Aquaman (et, je n'en sais rien mais je suis prêt à le parier, Superman).

Je n'aime pas DU TOUT ce que Snyder a fait sur Man of Steel et Batman V Superman (et à vrai dire, je ne suis vraiment pas fan de son style sur-esthétisant en général) et j'aime BEAUCOUP ce que Whedon a fait sur les deux Avengers (oui oui, même sur l'Ere d'Ultron), et ce serait très facile de sauter de joie en entendant ces nouvelles, peut-être le premier signe qu'on pourrait avoir une adaptation de super-héros DC potable au ciné, autre qu'un film Batman.

Mais les circonstances l'interdisent, bien sûr, parce que si Snyder a pris cette décision, c'est suite au suicide de sa fille de vingt ans, tenu longtemps secret. Je ne peux même pas imaginer comment on peut encaisser ça, et comment il a pu penser, dans un premier temps, pouvoir se noyer dans le travail en continuant à faire son film jusqu'au bout, mais une chose est sûre : J'espérais grandement que Snyder ait moins de pouvoir décisionnaire sur l'univers cinématographique partagé DC, aujourd'hui je trouve que le prix est tout simplement trop élevé.

La Chronique Comics - Mai 2017

Mes traductions comics de Mai 2017.

Bien, maintenant que l'ambiance est bien pétée en deux, finissons avec un petit tour d'horizon des choses que j'ai traduites et que vous pouvez lire ce mois-ci.

Du côté de chez Panini / Marvel et en kiosques, je suis toujours le traducteur de quatre mensuels (oui madame), à savoir ALL-NEW AVENGERS, ALL-NEW DEADPOOL, ALL-NEW IRON MAN & AVENGERS (qui arrivent tous au numéro 12) et CIVIL WAR II 5. Mes grands plaisirs du moment sont la série New Avengers (dans ALL-NEW AVENGERS) et les deux séries Captain America de Nick Spencer, dans ALL-NEW IRON MAN & AVENGERS.

C'est assez cinglé, ce qu'il se passe en ce moment dans Captain America. Le lecteur sait que suite à une manipulation cosmique, Steve Rogers, le premier Captain America, est un agent de l'Hydra (en gros, les nazis) depuis les années 40, mais qu'il vient seulement de s'en souvenir. On a donc la situation d'un Captain America méchant, mais toujours idole des foules, qui a pour ambition d'instaurer un genre de régime fasciste. Je n'en dis pas plus pour l'instant, mais quand vous lirez les épisodes des prochains mois en vous disant que c'est ce que je traduisais pendant les élections, vous comprendrez que ça ait pu ajouter de l'eau à mon moulin, hi hi.

Bon, et puis Thor, Uncanny Avengers, Spider-Man / Deadpool sont aussi de belles séries à suivre, hein. Je précise que plus ça va, plus je manque de temps pour lire les choses que je ne traduis pas, hélas, que je suis du coup de façon très... diagonale. J'ai cependant fait une exception pour la magnifique, magnifique, magnifique série Vision en deux volumes, publiée en 100% Marvel et qui mérite 18 000 prix, et pour le funissime Graphic Novel Ecureuillette sorti ce mois-ci.

Côté librairie, c'est chez Urban Comics que vous pourrez me retrouver, puisque le septième volume de SAGA, que je traduis, vient de sortir. Un volume incontournable d'une série incontournable. Au travers d'un space-opéra, Brian K. Vaughan parvient à nous parler de toutes les difficultés d'être un parent, d'être un enfant, mais il parle aussi de la guerre en Syrie, croyez-le... et il finit en nous arrachant le coeur. Entre Y : Le Dernier Homme, Ex Machina, The Escapists, Saga, Paper Girls et bientôt Private Eye (que j'ai déjà traduit mais qui a été repoussé à la fin d'année), je suis très fier d'être le traducteur de toutes les oeuvres de celui qui est très certainement mon auteur de comics favori en ce moment.

Commenter cet article