Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ON EN EST LÀ :

Le Blog de Jérémy Manesse

Pages

Publié par Jérémy Manesse

friends.jpgMa prochaine pièce, si tout se passe bien (oui, parce que d'ici à ce que j'ai le temps de l'écrire, j'ai bien le temps de changer quinze fois d'avis), devrait parler de séries télé. La montée en puissance, en qualité et en sophistication des séries TV depuis quelques années est un phénomène relativement indéniable et à côté duquel on peut difficilement passer. Perso, je situe les prémisses de ce mouvement à Friends, ce qui remonte tout de même déjà à un paquet de temps. Il se trouve qu'avec tite chérie (ça faisait longtemps que je vous avais pas parlé de tite chérie, hein ?) on a fini il y a peu de se revoir l'intégralité des dix saisons de la série. Elle n'avait vu que quelques épisodes, ça m'intéressait de tout revoir et de voir l'évolution. Des personnages, des acteurs, de l'écriture surtout. On s'est vu tout ça sur une période de... allez, cinq-six mois, disons.

Je comprends évidemment qu'on puisse ne pas aimer Friends. C'est très propre, c'est très, comment dire, blanc... C'est plein de bons sentiments et il ne faut surtout pas tomber sur la VF au risque de faire une rupture d'anévrisme. Mais le côté eau-de-rose des premiers épisodes est vite mis en veilleuse pour laisser la place au talent comique réel des comédiens, et au talent de scénariste réel des responsables de la série. Comme pour toute série, Friends a parfois des coups de mou, mais l'ensemble démontre d'un sens de la situation et de la réplique qui ne peut que faire rêver un auteur de comédies tel que moi. C'est une des premières séries que j'ai suivies assidûment, à l'époque j'étais plus de l'école Friends que Seinfeld, d'ailleurs. (Les deux me faisaient rire, hein, mais Seinfeld lui-même m'a toujours un peu agacé).

Ce que je continue de trouver ahurissant, c'est que, quoi, presque quinze ans après, on a toujours pas été foutus en France de faire quoi que ce soit qui arrive à la cheville de cette série, dans le créneau série comique. Il se trouve qu'à l'époque des premières saisons, je faisais mes premiers pas en tant qu'auteur et je me suis retrouvé sur des plans de scénariste de série... où tout le monde, évidemment, ne jurait que par Friends. Mais quand je discutais avec les producteurs, les raisons du succès de la série n'étaient jamais : C'est bien joué, c'est bien écrit, les personnages sont attachants... Mais : "C'est génial, Friends, dans la saison 1, on a à chaque fois deux intrigues qui se recoupent à la fin, et il paraît que dans la saison 2 ils font pareil avec trois intrigues !" Un peu réducteur, non ?
Résultat, les premières tentatives de scénar "à la" Friends que j'ai proposées m'ont été renvoyées, parce que je faisais faire aux personnages des choses qui n'étaient pas très "matures". "Nos héros doivent tous avoir un QI de 200", m'a-t-on dit à l'époque, texto. Alors qu'on sait bien que l'un des attraits de Friends est la capacité de ces héros à être vraiment très, très cons. Un peu comme nous, quoi. J'ai pas duré longtemps, dans ce milieu. Le milieu de la télé et moi, c'est pas une grande histoire d'amour, d'ailleurs, mais bon, c'est une autre histoire.

En France, quand on s'inspire d'un truc, on a apparemment beaucoup de mal à le digérer, à l'analyser d'abord. Quand Canal +, il y a quelques années, a lancé quelques séries comiques, dont H, ils ont eu l'idée intéressante de reprendre le principe de tournage en public, la chose qui rend les rires dans Friends supportables. Quand je parle de méthode mal digérée, c'est qu'alors que le public de la série américaine est, évidemment, changé entre chaque prise des différentes scènes, pour les séries Canal, le MÊME public arrivait à 10h du matin, se tapait plusieurs fois chaque épisode pour repartir parfois à 23h le soir. Il paraît pourtant évident que la scène la plus drôle du monde, à la cinquième vision, donnera des rires moins spontanés qu'à la première. Du coup, H est la seule série qui a accroché, parce qu'au moins Jamel, Eric et Ramzy faisaient leur numéro et distrayaient leurs fans. Mais bon, j'arrête de m'exciter contre mes contemporains.

Non, Friends n'a pas la sophistication d'un Lost ou la profondeur d'un Six Feet Under (profondeur - Six Feet Under - ah ah), mais elle est arrivée avant, et la rigueur et l'efficacité de son écriture, et du jeu des comédiens, en fait encore une série à voir et à revoir, avec quelques morceaux de bravoure assez immortels. La qualité de cette série, j'en suis sûr, a monté la barre pour tout ce qui a suivi.

Ah, j'ai reçu le coffret HD-DVD de Heroes, et on a commencé à se regarder ça. Mes impressions d'ici pas trop longtemps, je sens qu'on va se le bouffer vite fait.

(Image Copyright Warner)

Commenter cet article

Laurent (John Silver) 10/09/2007 18:46

Si par prémisses, tu entends succès des séries en France, ok. Mais si tu parles de qualité des séries, c'est oublier un peu vite des séries comme Le Prisonnier, Chapeau Melon et bottes de cuir, Destination Danger, Les incorruptibles, Mission Impossible, la Quatrième dimension et d'autres.....

Julien-Nicolas 10/09/2007 17:08

Anonyme a dit : "Sinon Julien "Carny" Nicolas, je suis un grand fan de My Name is Earl."Bon, je suis toujours scié en deux qu'on arrive encore à savoir qui je suis après mes 10 changements de pseudos durant ces 3 dernieres années. Très bonne mémoire tu as, Anonyme !En ce qui concerne "My name Is Earl", je suis bien content de trouver quelqu'un qui connaisse et qui apprecie ! d'habitude on me dit "hein ? c'est quoi ?" .J'attends impatiement la sortie américaine du coffret de la saison 2 car je n'ai pu que voir 6 épisodes pour le moment, et j'aimerai bien me faire la totale. (on s'est fait la saison 1 complete y'a 6 mois environs).Bref, les français n'ont pas droit à une diffusion pour le moment, c'est triste.Et puis autre chose, à quand la diffusion multilangue obligatoire de toutes les séries  sur la TNT ? faudrait qu'ils y pensent quand même !

Anonyme 10/09/2007 01:07

Les prémisses de la qualité des séries-télé seraient plutôt à attribuer à Twin Peaks ou NYPD Blue ,je pense. Et je parle pas de Profit car ça a pas marché, crétins d'américains ( je le pense pas sauf pour les républicains).Quant à la qualité de Friends, je suis d'accord pour les premières saisons mais après je trouve que ça s'enlise et que ça aurait dû s'arréter avant. Les persos deviennent de moins en moins intéressants et fous et les vannes de Chandler sont de plus en plus nulles. Ou alors c'est dû à une lassitude personnelle mais j'ai bien l'impression que la qualité a baissée. De toute façon, je suis plus Seinfeld, surement parce que c'est moins propre comme tu dis.Pour ce qui est des sitcom françaises, je suis un grand fan de Blague à part . D'ailleurs ça m'étonne que tu dises que les héros devaient pas être très cons, parce que entre H, Blague à part, mes pires potes...Sinon Julien "Carny" Nicolas, je suis un grand fan de My Name is Earl, surtout depuis la saison 2, ainsi que de Scrubs (enfin là j'ai juste fini la saison 2,  How I met your mother (de Barney surtout évidement) et de Weeds  pour les séries comiques. Bon Weeds est pas une sitcom, ni purement une sitcom mais bon.

Jiheffe 09/09/2007 21:32

En plus, ça fait monter ton blog-rank, ça va faire vendre "Les fugitifs T1 qui est en fait le 2", ça donne  des chances d'avoir un jour le "Fugitif T2 qui est en fait le 1".Que du bonheur, donc.

Julien-Nicolas 09/09/2007 21:26

Non, Jérémy, nulle inquiètude ne devrait te troubler. J'ai laissé mes gants de boxe dehors. Puis ce n'était qu'une légere pique à l'intention de sieur Jiheffe, sans plus d'animosité  que cela.Pour en rajouter au niveau des séries de type comédie, est ce que quelqu'un connait "My Name Is Earl" ?C'est une comédie tellement bête avec des personnages volontairement ras-du-plafond qu'ils en deviennent attachants !Bien sûr, cela ne vole pas haut, mais étrangement, je trouve que c'est assez agréable.