Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ON EN EST LÀ :

Le Blog de Jérémy Manesse

Pages

Publié par Jérémy Manesse

sarkojr.jpgIl y a des nouvelles qui vous dépriment facilement un intermittent. On a donc appris aujourd'hui que Jean Sarkozy (20 ans) et Sophie Tapie (19 ans) allaient jouer ensemble dans la pièce Oscar, au théâtre du Gymnase (un petit millier de places). Pour Bébé Berluskozy, ce sera une première scène. Je ne sais pas trop par où commencer pour dire à quel point cette nouvelle m'afflige. Et je n'ose imaginer l'état d'esprit de la chiée de comédiens talentueux qui sont serveurs plus souvent qu'ils ne sont acteurs.

Je n'ai rien contre les "fils de". J'en connais un paquet. C'est d'ailleurs pas toujours un métier facile. Moi même, je suis un peu "fils de", puisque je fais la même chose que mes parents, qui ont chacun leur public et des gens qui les connaissent. Il y en a d'ailleurs qui m'appellent le fils Manesse, dans le milieu. Je suis pas super fan, mais bon.
Je n'ai rien contre Jean-Jean précisément. Je suis pas très amoureux de son père, mais bon, j'aime bien Julie Depardieu, par exemple. Donc, si ça se trouve, je pourrais le trouver très sympa, le petit.
Non, ce qui me déprime, c'est la glissade de plus que représente cette nouvelle pour le théâtre, le divertissement, la culture en France... vers la pipeulisation totale, la recherche de l'effet Voici, l'argument zéro, la mort de l'art. 

J'ai une anecdote. L'autre jour, au milieu d'une répétition, je vois le camarade Sylvain Tempier aux prises, à la porte du Café de la Gare, avec un jeune gars un peu "ouech ouech" (c'est comme ça qu'on dit, maintenant, il paraît ?) qui lui pose plein de questions. Je m'approche pour prendre le relais, le gars, un jeune arabe plutôt beau gosse et gouailleur, veut en fait savoir si on fait des auditions, tout ça. Je lui répond qu'en général, non : on connaît le plus souvent bien assez d'acteurs pour savoir dès le début, au mieux qui va jouer dans la pièce, au pire qui on va auditionner. Et pour les spectacles de l'extérieur qui louent la salle, ben ça se passe ailleurs, on n'est pas au courant. A un moment, le type m'arrête : "Ouais, excuse-moi, je t'arrête, mais voilà : Moi, en fait, j'ai pas de thune. Et je voudrais me faire de la thune."
Evidemment, je lui réponds du tac au tac : "Choisis un autre métier". Puis, je prends le temps de lui expliquer pourquoi. Le gars avait du métier la vision qui exsude des écrans de télé, et rend un peu incompréhensible au commun des mortels les quelques pauvres mouvements d'humeur des intermittents. Pour lui, il avait eu l'idée géniale : acteur, c'était le jackpot assuré, des cachets faramineux et apparemment même pas de stage à faire avant, la possibilité d'apprendre sur le tas. Je dois bien être capable de faire ce qu'ils font à la télé, il se disait. Il a raison. Comme disait Romain Bouteille dans une de ses pièces : "les comédiens, c'est bien le diable s'il y en a un pire qu'un autre."
J'ai donc expliqué au type ce que je répète souvent ici : que c'est un métier dont il ne doit pas y avoir beaucoup plus de 5% de ceux qui le pratiquent qui en vivent. Que pour les autres, c'est des jobs de serveur à droite à gauche, une majorité de projets qui ne se monteront jamais ou sur lesquels on ne sera pas payé, des heures et des heures de perdues sur des castings où on sait très bien dès le début qu'ils finiront par prendre quelqu'un de connu (comédien ou pas)*, le regard des gens, parfois des comédiens qui bossent un peu plus (et bien souvent de la famille) qui tant que tu n'es pas passé à la télé pensent que ça n'est pas vraiment ton métier, des projets qui ont mis des années à se faire et qui se joueront trois fois, pas de structure, pas de sécurité, l'aigreur qui monte contre un public qui ira voir en masse ce que les médias lui diront de voir, parfois même en sachant déjà que ça va être nul... ce qui sera probablement le cas ici.

Je continue un peu, et le gars, qui a quand même le mérite de ne pas se laisser désarmer, continue à me poser plein de questions du genre "ça sert à quoi, un metteur en scène ?", "qu'est-ce qu'il y a d'autre comme métier dans le théâtre ?"... cherchant à tout prix à exploiter son idée jusqu'au bout. Il doit bien y avoir un job qui rapporte du fric dans ce milieu, sinon pourquoi il y aurait tellement d'intermittents ?

Alors oui, effectivement, si on est comme moi né dans un théâtre, qu'on est à la fois auteur, comédien, metteur en scène, parfois régisseur, caissier, comptable, qu'on a la chance de pouvoir monter ses pièces sans avoir à démarcher des salles pendant trois ans, de choisir les comédiens avec qui on a envie de travailler, parce qu'ils ont du talent et pas parce qu'ils ramèneront du monde dans la salle, qu'il se trouve en plus que, par chance, on a trouvé un deuxième job qui nous plaît au moins autant et qui exploite une autre de nos passions... alors oui, on peut bien gagner sa vie. Ou alors faut devenir vedette ("comment on fait ?", il m'a d'ailleurs demandé à tout hasard, le gars) et basculer dans un autre monde où tout gravite autour de soi et que je ne veux surtout pas connaître. C'est d'ailleurs une autre chose qui intrigue beaucoup les gens avec qui je peux discuter du métier, et qui m'a parfois mis en porte-à-faux avec des collègues : Ca surprend quand je dis que je ne veux surtout pas devenir "connu". Parce que la plupart des gens pensent que c'est ça, le but.

On "devient" très rarement connu, d'ailleurs. De plus en plus souvent, on l'est déjà. Comme Jean-Jean et So-so. Tout ce que je dis est sans doute un peu décousu, mais c'est le reflet de l'espèce de mélancolie sceptique dans laquelle m'a plongé cette info. Faudrait que je mette un point final à ce truc, d'ailleurs, il me reste quand même 30 pages de Preacher à traduire que j'aimerais bien finir ce soir.

Pitié, allez voir des pièces dont personne ne vous a parlé, où il n'y a personne que vous connaissez. Il y a plein de moyens d'avoir des places pas chères sur Internet. Pour les moins de 26 ans, beaucoup de théâtres (dont nous) font la place à dix euros. Il y a plus de bonnes pièces qu'on pense, là-dehors. J'espère. J'arrive pas à y aller aussi souvent que je voudrais, au théâtre.

Bon, maintenant, j'espère juste qu'il joue pas le rôle de Louis de Funès, Jean-Jean.

(Image Copyright Nouvel Obs)

* Dans un autre genre, on a quand même essayé de m'envoyer deux fois sur le même casting pour soi-disant remplacer les gars de la pub 118-218...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noëlle 01/11/2007 20:13

Super, aprés Sarko divorce, Sarko junior au théâtre et damin on apprendra que les belles fille de Sarko feront leurs rentrée prochaine à la Stra Ac', ça va continuer longtemp leurs conneries de Roi du Monde!!!Remarque, si le fiston devient comédien, peut être que papa se bougera le cul pour aider la culture... C'est toujours beau de rêver, mais sait ton jamais!

Jérémy Manesse 02/11/2007 14:49

Il semblerait que le petit Jean-Jean ait déclaré forfait. Si ça se trouve, c'était une crise d'ado : "papa, si tu me rachètes pas un nouveau scooter, je fais du théâtre et je te mets dans le caca".

Jiheffe 28/10/2007 22:21

> le bouche à bouche ça marche quand t'as des amis habitués Ca peut aussi marcher avec des gens qu'on connait pas ;)Sinon, assez d'accord : le prix, même quand on a des moyens corrects, c'est quand même un problème... (souvenirs de mauvaises suprises à 20 euros. Au moins le cinéma à 5 euros, ça fait moins mal...).

Basile 26/10/2007 20:43

En tant que sale jeune j'apporte mon petit point de vue sur le théâtre. J'ai dû y aller 5 fois dans ma vie (bon j'ai que 20 ans mais même, ça reste peu) : deux fois pour des textes classiques, les trois autres fois des créations contemporaines (et exclusives du théâtre où ça se jouait). Bon déja il faut être au courant de ce qui se joue et où : tout le monde n'achète pas l'Officiel des Spectacles (pas par radinerie mais parce qu'on n'a pas le réflexe) et le bouche à bouche ça marche quand t'as des amis habitués ou dans le milieu. Ensuite faut se déplacer, si c'est à Paris ça va encore, si c'est en banlieue ça peut devenir plus compliqué (qui peut avoir une voiture pour le soir, tout ça : je suis un sale jeune, je le rappelle). Et enfin effectivement il y a le prix, même si certaines places font des tarifs étudiants ben y a des fois des gens qui peuvent ou ne veulent pas mettre une quinzaine d'euros. Moi je serai prêt à mettre pas mal de sous dans une place de théâtre (j'ai même l'intention d'aller à l'opéra un jour, surtout que j'en ai un trop bien dans ma ville) mais avant je voudrais être sûr de ce que je vais voir. Et là c'est pas question de star ou pas (le seul acteur connu que j'ai vu sur les planches c'était Jean Claude Dreyffus), c'est une question de textes. Si il s'agit d'une pièce que j'ai lu, d'un classique, qui me donne sacrément envie, là pas de soucis. La beauté du texte m'attire (en ce moment j'ai sacrément envie de voir Beaucoup de Bruit pour Rien d'ailleurs). Si c'est une création moderne, j'y vais déja plus à reculons parce que je ne connais aucun nom dans le milieu et que ça risque d'être la mauvaise surprise (ça peut être aussi la bonne). Et faut être honnête, la curiosité c'est vital certes mais on peut quand même tomber sur de belles merdes bien prétentieuses...Donc à moins d'avoir eu un bon buzz (ce qui fut le cas sur les trois pièces modernes que je suis allé voir et que j'ai beaucoup aimé), le théâtre je ne m'y précipite pas. Un dernier petit paragraphe pour parler géographie et moyens financiers : je suis allé 3 fois dans des théâtres de banlieue (à Anthony pour L'Illusion Comique de Corneille et à Ivry pour deux pièces très drôles par une petite équipe formidable) 2 fois à Paris, dans un petit théâtre (enfin ils avaient Jean Claude Dreyffus en second rôle mais les lieux ne payaient pas de mine) et à la Comédie Française.Ben mon souvenir le plus ému c'était d'avoir vu Ruy Blas de Hugo à la Comédie Française, ça durait 3 heures, c'était une pièce difficile et pourtant c'était formidable (y avait juste l'actrice qui jouait la reine qui était mauvaise à souhait, mais ça doit aussi être en partie à cause de l'interprétation foireuse du personnage par le metteur en scène).

Adinaieros 25/10/2007 09:10

"Je sais pas... 10 Euros, c'est maintenant le prix d'une place de ciné. A peine deux paquets de clopes. Un tiers de Big Book. :)Après, tu n'as effectivement pas à être désolé, le problème c'est aussi et surtout que dans la tête de la plupart des gens (des jeunes, peut-être surtout), le théâtre c'est principalement associé dans leur tête à boulevard, Jean Lefèvre, pièce de vieux et cérémonie des Molières."Ah merde j'ai vu ce message la qu'apres avoir lu les autres, donc j'y reponds apres tant pis !Bah moi mes places de ciné elles me reviennent a bien moins ...grace a la carte UGC, je fume pas, j'en suis venu a arreter une bonne partie de mes comics achetant juste ceux pour lesquels j'ai un vrai coup de coeur en VO (qu'on me prete on va dire) (c'est a dire les Marvel Universe et bientot Marvel Heroes).donc voila, j'ai vraiment pas bcp de depenses donc si on va au theatre avec ma chérie (qui fume pas, lis pas de cmics et a une carte UGC lol) ca nous fait 20€...et c'est pas negligeable, negligeable mine d'aryen (comme dirait Le Pen).Et sinon comme je disais dans le message d'avant qui repondais a ton message d'apres) je suis un "privilégié" j'ai eu l'occas d'aller voir des pieces quand meme et du coup j'ai pas forcemment une vision unilaterale du theatre. J'ai vu Art, recemment (enfin y a 2 ans) j'ai vu une piece de Zweig avec Sylvie Testud, j'ai vu aussi y a une dizaine d'année une adaptation moderne (avec telephones portables) du Dindon de Feydeau. Et a chaque fois c'etait un plaisir. Mais n'empeche dans un cas c'etait a la télé, dans l'uatre c'est parce que je suis fan de Zweig, dans l'autre j'etais emmené par mon pere, donc c'est vrai qu'il faut une raison derriere pour que j'aille au theatre...Et je le regrette.

Adinaieros 25/10/2007 09:01

Et c'est bien parce que je suis conscient de ce genre de problemes (entre autre parce que je lis ton blog jeremy) que ca me saoule vraiment de pas pouvoir plus aller au theatre, aux concerts ou d'ahceter toutes les BD que je veux.Dans le meme principe je telecharge (CD ou films) mais si j'ai aucun scrupule a acheter des CDs qui se vendent beaucoup, ceux des petits artistes comme les Ogres de Barback, voire comme Mademoiselle K., seront des CDs que soit j'acheterais instantanemment (les Ogres) ou que je finirais par acheter quand apres avoir dl je me rend compte que j'aime vraiment (Mlle K) : tout simplement parce que je n'ai pas a "financer" la culture mais que n'empeche si personne le fait, la culture finira par mourrir et on se retrouvera a ecouter Johnny, voyant des films hollywoodiens et avec juste des pieces avec Sarko/Tapie.Mais je pense que les theatres seraient plus fréquentés si il y avait aussi plus de pieces diffusées a la télé tout simplement.La le soucis c'est que de moins en moins de gens ont la culture du theatre. Meme moi qui suis qd meme un privilégié ai du y aller, quoi ? allez 15 fois grand max. Et pas du voir plus de 5 pieces a la télé.Et n'empeche le théatre comme toute culture specifique nescessite un certain apprentissage : les acteurs parlent d'une maniere artificielle (mais qui est un code avec le public en fait), la mise en scene a ses particularités, etc.Si le public était plus baigné la dedans, plus au courant des petites pieces (un peu comme pour le ciné ou meme les petits films ont un vrai espace de comm) il serait aussi a mon avis plus apte a se bouger meme en payant un peu plus cher que pour d'autre elemeents culturels.Enfin, encore désolé de ne pas pouvoir aller plus au theatre car j'en aurais envie mais promis des que j'ai un vrai salaire, je me bougerai pour aller voir tes pieces en priorité Jeremy ;)