Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ON EN EST LÀ :

Le Blog de Jérémy Manesse

Pages

Publié par Jérémy Manesse

Nous sommes à quelques jours de la grande réunion qui doit décider du planning Panini pour 2009, ce qui signifie que d'ici la fin août, je devrais commencer à savoir à quoi va ressembler l'année... mais d'ici là, voici les albums librairie traduits par moi qui sortiront en août et septembre... Surtout septembre, d'ailleurs.

Eh oui, l'album DC Heroes Flash 1 est ma seule contribution pour le mois d'août... mais à vrai dire, il y a peu de sorties, ce que je peux comprendre. J'aurais trouvé ça étonnant qu'août soit le meilleur mois pour sortir des albums. Enfin, bref, voici donc un premier album type 100% consacré à Flash, avec le retour de Wally West sous la plume de Mark Waid. West est revenu dans l'univers DC dans le DC Universe de ce mois, mais l'album prend plutôt la suite directe des DC Universe Hors Série parus il y a quelques mois et contant la mort de Bart Allen. Oui, je sais : Flash est un peu en train de devenir le Hulk de l'univers DC en ça qu'il aura bientôt visité toutes nos collections. Mais cet album vaut le coup d'oeil, parce que malgré le premier épisode qui clôture la saga précédente, il est très accessible, qualité bien trop rare dans l'univers DC ces temps-ci.

En septembre, réédition des premiers épisodes de la JLA par Grant Morrison et Howard Porter dans un album DC Anthologie. C'était avant la mode du style décompressé, ça foisonne, il y en a plein les pages et c'est assez marrant. Bon, après il faut accrocher au style de Porter, mais c'est quand même un truc à découvrir si on ne l'a jamais lu. Du point de vue rythme, si la JLA actuelle de Meltzer est du Sofia Coppola, celle de Morrison est du Michael Bay (je ne parle que du rythme, hein). Et puis là encore, pas besoin d'infos supplémentaires pour déguster les épisodes, sinon qu'on se demandera pourquoi Superman change d'apparence après le premier arc, mais ça n'est pas important pour la compréhension de l'histoire.

Avertissement : le quatrième volume de Preacher est un peu particulier. Vous ne découvrirez en effet la suite des aventures de Jesse, Tulip et Cassidy que dans le volume 5. Cet album-ci vous propose une mini-série et deux numéros spéciaux. Le gros morceau, c'est bien sûr la mini-série consacrée au Saint des Tueurs, qui vous racontera ses origines. Une saga qui aura une importance primordiale dans la suite de la série, comme a pu vous le laisser comprendre le volume 3. La deuxième partie de l'album est consacrée à un autre personnage secondaire de l'univers de Preacher, à savoir Tête de Fion, tandis que la troisième partie, assez jouissive, vous propose une histoire inédite en France et totalement amorale ayant pour héros les immondes T.C. et Jody (les sbires de la défunte mémé de Custer). Avant que vous demandiez, les événéments se passent bien sûr avant l'affrontement du volume 2. Bon, c'est vrai que Steve Dillon manque un peu, et il faut voir ce volume davantage comme une annexe que comme un chapitre de la saga Preacher en elle-même. Mais ça reste du bon Garth Ennis, et la saga du Saint des Tueurs est importante pour la suite.

Deuxième volume de l'Authority vue par Brubaker. L'équipe est dissoute, le Docteur est mort et Bendix a pris le pouvoir... et on n'est qu'à la moitié de la saga. Cette deuxième et dernière partie met la petite Jenny Quantum sur le devant de la scène, et de belle façon : très attachante, elle va vite devenir l'âme de l'équipe, comme l'a été Jenny Sparks avant elle. Après Ellis et Millar, le graphic novel de John Ridley et cette saga de Brubaker tente de donner un peu de coeur à une équipe plutôt fascisante (ce qui a toujours été voulu, hein). Certains penseront peut-être que c'est une trahison du concept, moi je suis plutôt du genre à penser que c'est une évolution bienvenue, car il était difficile d'aller plus loin et plus fort dans la direction précédente. Tiens, en passant, une de mes interrogations sur le planning 2009 est de savoir si la ligne Absolute va faire son apparition du côté de l'univers WildStorm, parce que je pense qu'un Absolute des douze premiers numéros d'Ellis & Hitch pourrait intéresser du monde.

Dernier album pour moi en septembre : 100 Bullets. J'aime bien ce que le lettreur a fait avec la couverture, le Contrabandolero un peu en bordel colle bien à la police de caractère et à la couverture de l'album US "A Foregone Tomorrow". Ah oui, au fait, désolé pour la taille des couvertures, je ne les reçois plus qu'en petite déf. Bref, pour en revenir à l'album, c'est sans doute un bon point d'appel si on veut découvrir la série, puisque ça commence par un épisode ou M. Branch fait un genre de résumé de ce qu'on sait jusque là. Bon, l'idéal est toujours de commencer par le début, mais cet album est plus accessible que d'autres au non-initié.

(Images copyright Panini / DC Comics / Vertigo)

Commenter cet article

edouard.bracame 04/08/2008 19:41

Ok pour un Absolute Authority (surtout si c'est toi qui traduis), mais ce serait pas mal un Absolute de Stormwatch, aussi. Surtout les épisodes de Warren Ellis.

Benoît 01/08/2008 18:47

Mettre Grant Morrison et Michael Bay dans la même phrase, fallait oser! Blague à part, si le nouveau 100 bullets est aussi accessible que tu le dis, je vais peut-être esssayer en attendant la réédition des premiers volumes.J'aurais pas cru que le planning d'une année était mis en chantier autant en amont. Bon courage.