Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ON EN EST LÀ :

Le Blog de Jérémy Manesse

Pages

Publié par Jérémy Manesse

Chuis content, j'ai récupéré la traduction de l'album Fantastic Four : The End, à paraître en juillet. C'est pas si souvent que je fais du Marvel, alors chuis content. Pour fêter ça (?), et parce qu'il commence à y avoir un sacré paquet d'articles sur ce Blog, j'ai fait un peu de rangement, en rajoutant des catégories et en les mettant dans un cadre tout joli, en bas à gauche, là. Oui, parce que il y en a peut-être qu'en ont rien à secouer de quand je parle comics ou, à l'inverse, théâtre. La catégorie "billêt" reste donc celle de mes divagations diverses et variées, qui ne collent pas vraiment aux autres catégories. L'idéal, donc, pour parler de comment j'ai atterri à quelques kilomètres de Coulommiers en Seine-et-Marne, après plus de trente ans à être un parisien pur et dur, qui bouffe au MacDo au moins une fois par semaine, traine à la FNAC alors qu'il sait bien qu'il a rien de précis à acheter, et fait chauffer sa carte UGC à force de l'utiliser.

Je suis devenu propriétaire d'un petit deux pièces dans le 11e en février 2004, tout juste quelques semaines avant de rencontrer l'amour de ma vie, la prunelle de mon coeur, le soleil de ma lune, bref ma tite chérie... qui s'est avérée habiter à peu près à 50 mètres de mon nouvel appart (juré, je l'ai pas fait exprès). Il y a à peu près un an, on a commencé à chercher un coin pour habiter ensemble dans Paris. Le moindre truc qui nous donnait un tout petit peu envie (même pas forcément d'acheter, hein, mais juste de visiter) pétait immanquablement les 500 000 Euros. Minimum.

Et puis, on est partis au ski, pour ce fameux plan où nous sommes allés jouer Métro Lexo Dodo il y a deux mois et où nous retournons jouer la Fondue Bourguignonne la semaine prochaine. A l'époque, j'y allais pour jouer Une Comédie Légère. Semaine idyllique, tout ça, bref.

Nous sommes revenus à Paris en pleines manifs anti-CPE. Je ne juge absolument pas le mouvement (et je ne donnerai même pas mon avis sur la question, parce qu'il n'est pas vraiment tranché), mais pour un intermittent du spectacle (dont la vie professionnelle est irrémédiablement soumis à la précarité, comme je l'ai dit ailleurs), rentrer du ski pour tomber dans les manifs, la pollution, le bruit, tout ça... Il y a eu comme un déclic chez moi, assez dur à imaginer pour ceux qui ne connaissent que le forcené partisan du confort urbain que j'étais. J'ai commencé à jeter un oeil aux annonces immobilières pour la proche et lointaine banlieue parisienne... et comme quoi on n'est pas ensemble pour rien, à peu près dans le même temps, tite chérie avait la même idée.

Après, je vous passe les détails de la recherche de notre nouveau nid et de son achat, qui sont une aventure en soi et que je vous raconterai peut-être une autre fois (juste, si vous voulez passer par une agence, je vous recommande Guy Hoquet), mais le résultat est que j'ai pu revendre mon appartement parisien au bout de deux ans avec une plus-value de malade (et je pèse mes mots, hein, quasi du +100%) et que nous avons pu acheter une très spacieuse maison avec jardin, si classe qu'il nous a fallu quelques mois pour réaliser que c'était vraiment à nous, dont vous pouvez admirer la facade côté jardin ci-dessus, et le jardin côté, euh, facade ci-dessous...

... plus une dépendance pouvant loger quelqu'un, tout ça pour le prix d'un deux-pièces sympa dans le 11e, ou d'un studio un peu miteux dans le Marais. Avec en prime un air et un cadre immensément plus respirables et plus propices à élever des enfants, des voisins et un patelin sympa... En transilien, je suis à Gare de l'Est en une heure. Coulommiers est à moins de dix minutes en voiture.

Bon, alors évidemment, il faut le mode de vie qui va avec. En général, je peux me contenter d'aller à Paris quand je joue au théâtre et du coup partir en fin d'après-midi en ayant passé la majorité de la semaine chez moi, d'où je peux travailler sur tout ce qui concerne Panini. On a aussi gardé l'appartement de tite chérie, qui nous permet de dormir sur place à Paris, parce que oui, on se sent rarement de faire le trajet après avoir joué (en plus ça veut dire prendre la voiture... que je ne conduis pas encore).

C'est un choix de vie qui n'est pas accessible à tout le monde, c'est sûr, mais si vous êtes dans un cas du genre du mien, franchement, je sais pas ce que vous faites encore à Paris.

Oui, le jardin est un peu en friche. On y travaille, les photos datent de notre première visite sur place au printemps 2006. Roh, ça va, hein.

(Image Copyright Bibi)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Odessa 21/03/2007 14:10

Ca fait très super plaisir à voir :)Je pense à une solution semblable pour les années à venir, et voir quelques exemples autour de moi me donne bien envie...C'est vrai qu'un boulot qui le permet et un appart-dépanage sur place, c'est l'idéal et pas donné à tout le monde. Mais si on peut, autant en profiter !Et c'est une vraie parisienne comme toi qui dit ça...Guy Hoquet a l'air vraiment bien en effet. Mes parents viennent d'acheter une maison par ce biais... Ca va peut-être me donner encore plus le goût de la vie à la campagne.