Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ON EN EST LÀ :

Le Blog de Jérémy Manesse

Pages

Publié par Jérémy Manesse

Ceux qui m'ont vu m'agiter dans tous les sens au moment de l'élection présidentielle ont pu s'étonner de ne pas me voir prendre position au moment des législatives. Bon, faut dire que mes intentions de vote n'auraient je pense étonné personne au vu de mes différents articles sur le sujet, et que par ailleurs, comme tout bon anti-sarkozyste primaire (exonération d'intérêts d'emprunt ou pas), j'en avais un peu marre de me remuer le couteau dans la plaie. Et la gauche, plus que jamais, n'a pas aidé à rester motivé.
(Personne n'a aidé à rester motivé, d'ailleurs, si on va par là et vu le taux d'abstention).

Mais bon, j'ai voté. Moi, je suis de ceux qui pensent que ou on vote, ou on ferme sa gueule après, et je ne crois pas avoir raté une élection depuis ma majorité. Mais c'est bien sûr un peu plombé que je suis allé voter deux fois (pour moi et pour tite chérie) dimanche dernier.

J'étais chez ma petite soeur (la grande) au moment des résultats, à lui expliquer comment on ouvre un fichier sur son ordinateur (oui, c'est pas parce qu'on est jeune qu'on assure avec l'univers 2.0). Je me souviens avoir dit très distinctement au moment de l'apparition des chiffres quelque chose du genre "ah ben merde, ils nous remettent les résultats d'il y a cinq ans".

Bon, je vais pas le cacher, voilà une "défaite" qui m'a fait plaisir. Pourtant, faut bien admettre que tout ça ne change pas grand-chose au résultat : l'UMP a toujours une majorité absolue et à part crier bien fort, l'opposition ne pourra pas y faire quoi que ce soit. Mais deux choses m'ont réconforté : C'est encore nous qui sommes maîtres de notre vote, et pas les instituts de sondage ; et puis les communistes, les verts, le Modem ont quand même des sièges : On échappe à la représentation d'une France qui aurait été sarkozyste à 75%. Quand on se considère de gauche et qu'on s'est pris pas mal de claques récemment, ça suffit à garder espoir en la démocratie et en ses compatriotes.

Après, cette histoire a encore servi à démontrer comme la politique marche des fois sur la tête. Perso, passé les résultats, je guettais avec une curiosité un peu perverse le résultat de Juppé, dont je me disais qu'il pouvait bien sauter et que ça me ferait pas pleurer. Juppé, pour moi, c'est encore les grèves de 95 et les affaires, hein. Quand la chose a été confirmée, pourtant, des proches pourtant pas du tout juppéistes ont trouvé un peu dommageable que cette idée intéressante de super-ministère de l'écologie parte à vau-l'eau. Déception à laquelle je peux adhérer.

C'était un peu évident que le seul qui pouvait prendre la place de Juppé pour devenir numéro 2 du gouvernement et seul ministre d'état, c'était Borloo. Lui seul avait la carrure et je pense même qu'il peut faire des trucs très bien pour le développement durable. Mais voilà : Depuis sa nomination, j'ai regardé plusieurs chaînes, j'ai lu Le Monde (oui, ben oui, ça peut arriver), j'ai écouté bien des réactions, et il y a un truc que j'ai du mal à comprendre.

De ce que je comprends, Borloo était très attaché à l'économie. Il s'est battu pour l'avoir, c'était son objectif, il était vraiment à sa place, il avait pas envie de déménager. Et l'idée qui circule beaucoup est que cette "promotion" est en fait une forme de punition pour avoir mis l'histoire de la TVA sociale sur le tapis. Et là, ça devient bizarre : On met quelqu'un numéro 2 du gouvernement pour le punir et qu'il puisse servir de fusible éventuel ? Et depuis quand l'écologie est une punition ? Ca décridibilise vachement l'idée de ce super-ministère, je trouve.
D'autant que je trouve un peu absurde de mettre la "petite victoire" de la droite sur le compte de la TVA sociale. Pour le coup, Berluskozy en a toujours parlé (même s'il n'a jamais parlé d'une hausse de 5%, sa mère) et j'était même atterré que la gauche ne le lui renvoie pas plus souvent à la gueule pendant la présidentielle (c'en était presque louche, à se demander s'ils n'avaient pas l'intention de faire pareil). Pour ma part, je pense que le retournement de tendance entre les deux tours est essentiellement dû à une remobilisation des électeurs de gauche, qui ont voulu sauver les meubles, et une démobilisation des électeurs de droite, pour qui tout laissait à penser que l'affaire était pliée.

Je sais pas, tout ça donne un peu l'impression que ce remaniement ministériel a été fait à l'envers, dans une dynamique assez négative et loin de l'intelligence politique (même en étant contre Sarkozy, on peut lui reconnaître ça) de l'après-présidentielles.

Commenter cet article

Basile 22/06/2007 15:30

En même temps les fonctionnaires de Bercy règnent en hauts princes sur le ministère, ce sont eux qui prennent toutes les décisions, pas le type qui a été parachuté pour assurer la vitrine durant 6 mois.Le ministère de l'économie a de l'importance ça oui, mais pas le poste de ministre...

Winter-guard 21/06/2007 20:45

Si Borloo était attaché à l'économie, les fonctionnaires de Bercy le trouvaient absolument nul.Cf le Canard enchainé de Mercredi pour les détails.

Adinaieros 20/06/2007 18:12

Globalement assez d'acc.Pour revenir sur la TVA sociale c'est un brin plus compliqué :la gauche voulait modifier un truc dans la TVA oui.Elle voulait l'augmenter oui.Par contre elle voulait modifier un point essentiel du principe de fonctionnement de la TVA qui actuellement ne touchait que le consommateur et aucun intermediaire et autre fournisseur (dire que c'est nous, les francais, qui l'avons inventés...youhou !) pour que la TVA soit séparée entre chaque intermediaire.Par contre la ou ca pue c'est que DSK est incapable d'expliquer le truc (surement pour laisser la peau de banane a Sego)...Bon par contre ca fait plaisir, Fabius l'as dit dans la soiree electorale.Et sinon j'avoue une legere erection au moment ou Jupee s'est fait hué.... DROIT DASN TES BOTTES !!!! Mouhahahahhaha ! :)

fanficsworld 20/06/2007 17:46

Bonsoir, Tout anti-sarkozyste primaire que toi jusqu'à présent, j'avoue avoir été positivement surpris par les décisions que Sarko a prit depuis son arrivée. Bon, il y en a pas eut des masses, et ça fait un peu "séduction pré-électorale", mais il n'empêche que je crie pas au loup tant que j'ai pas vu l'incendie de mes propres yeux. Pour la TVA sociale, je suis pas nécessairement contre. S'il faut faire un effort pour garder un sécu correcte, ça me va. Sauf que : - Ca n'empêche pas Sarko de durcir encore le régime de sécurité sociale (les 1€ quotidien passant à 4€ maxi ; déremboursements à venir...)- Soit il augmente la TVA (18,6->23,6% étant les chiffres récemment évoqués) et les prix vont grimper (quoi qu'il en dise) ; soit il prélève sur les 18,6 existant sans l'augmenter, et dans ce cas j'aimerais savoir comment on va financer tout ce qui été jusqu'alors financé par cette part "basculé" vers la sécu- Une partie (la totalité ?) du programme va être financé par la croissance, nous explique-t-on. On se fou de qui, là ? C'est pas le principal argument qui a été opposé à Ségo ? - Sarko a ouvert son gouvernement à la gauche et au centre. C'est la première chose que j'ai trouvé de très bien chez Sarko. Mais c'est pas lui qui avait dit que c'était infaisable, lorsque Bayrou en parlait pendant les présidentielles ? et surtout... surtout... POURQUOI LA GAUCHE N'EST-ELLE PAS CAPABLE DE SORTIR CES ARGUMENTS QUI SONT A MES YEUX UNE EVIDENCE ?? Non mais sérieux là, il faut etre réaliste : la victoire de la droite est en extrême grande partie due au fait que la gauche avait perdu trop de temps à se battre en interne pour pouvoir se battre au front. Pour le coup, DSK et Fabius me sont devenus très antipathique. Ils ont gagné dans leur circonscription, mais ça ne m'a même pas réellement fait plaisir. Thom... à suivre ? lol