Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ON EN EST LÀ :

Le Blog de Jérémy Manesse

Pages

Publié par Jérémy Manesse

On s'est fait trois séances home-cinema avec tite chérie cette semaine, en voici le compte-rendu, rapide parce que j'ai du travail.

On s'est enfin vu Le Labyrinthe de Pan en HD-DVD, pour commencer, et malgré tout le bien qu'on m'a dit du film avant, qui aurait pu démesurément gonfler mes attentes, j'ai trouvé ça assez formidable. Ca rappelle l'univers de L'Echine du Diable, un autre film de Del Toro, avec en commun (outre des similitudes scénaristiques évidentes) ce talent rare du réalisateur pour filmer la douleur, la rendre réaliste, quasi-insupportable, et pourtant regardable et pas gore. Dans L'Echine, il y avait un plan où un personnage se niquait la cheville qui faisait très mal, ici il y a deux trois plans du même acabit. Je pense en particulier à l'éxécution à coups de cul de bouteille, et à l'auto-point de suture du méchant (il m'a fallu arriver aux bonus pour reconnaître Sergi Lopez) qui m'a fait exploser de rire tellement ça faisait mal.
Et puis il y a toute la partie onirique, les créatures sorties tout droit d'un cauchemar et superbement réalisées, la musique envoutante... Non, vraiment, un film à voir, un genre de La Vie est Belle (de Begnini) sombre et réussi, un film pour hanter ceux qui, enfants, avaient peur d'Alice au Pays des Merveilles.
Bon, par contre, mon lecteur HD-DVD semble avoir quelque chose contre les réalisateurs hispaniques, parce qu'à l'instar de notre visionnage de Children of Men, le disque s'est arrêté en pleine lecture pour ne plus vouloir repartir. On a fini sur le DVD. Le problème devrait être réglé à la prochaine mise à jour, mais ça commence à être un tout petit peu agaçant, ces histoires.

On passe de l'incontournable au très très dispensable, avec Click en blu-ray. Une comédie qui a pour elle une énergie certaine et une vraie efficacité sur les scènes un peu sombres de la deuxième moitié du film, mais qui a beaucoup trop de défauts pour qu'on puisse vraiment s'enthousiasmer dessus.
D'abord, il y a beaucoup, beaucoup de gags qui tombent complètement à plat. Potaches, vulgaires (et je ris à Scary Movie, hein), insultants pour les gros, bref lourdingues. Ensuite, certaines fautes de réalisme font bien rire, mais je pense involontairement, comme l'idée qu'un architecte puisse se retrouver surendetté après avoir acheté deux vélos à ses gamins, juste parce qu'il ne devient pas associé dans sa boite, ou qu'on puisse rester gaulée comme Kate Beckinsale en ayant eu deux enfants. Le film fonctionne surtout grâce au côté "conte des fantômes de Noël". Tiens, ben c'est un genre de La Vie est Belle, aussi, celui de Capra, cette fois. Mais là, la comparaison est beaucoup moins flatteuse.

Et puis, on s'est pris d'une petite envie de Hitchcock, et on s'est regardé La Corde en DVD, qui même s'il a des défauts est parfois d'une efficacité redoutable... du Hitchcock, quoi. Le côté pièce de théâtre fonctionne bien (rappelons que le film n'est en fait qu'une série de plans séquences de la longueur des bobines de l'époque, soit une petite dizaine de minutes). Le jeu des acteurs nous dépayse, on se dit qu'on pouvait jouer comme ça à une époque, et que ça passait, c'est rafraîchissant. Et certains plans sont vraiment jouissifs, comme celui où la bonne débarrasse le coffre où se cache le cadavre... Ca ne fait certainement pas partie des meilleurs Hitchcock, mais ça fait une bonne séance, et le discours sous-jacent sur une fracture sociale poussée au paroxysme (où l'élite aurait le droit de tuer selon ses caprices) et un homo-érotisme persistant font que le film reste tout à fait moderne et actuel.

(Image Copyright Wild Side Video)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anonyme 15/08/2007 04:59

Click aussi m'avait déçu pourtant j'avais apprécié les précédentes comédies bien débiles de Sandler : Big Daddy, Waterboy... De plus j'avais aussi tilté sur le fait qu'il en fasse tout un plat pour deux vélos. J'ai beau trouver Sandler sympathique, Walken doué et Beckinsale bo... joli à regarder, je me suis limite ennuyé devant ce film. Ca me rassure que je sois pas le seul, je commençais à penser que je devenais vieux.