Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ON EN EST LÀ :

Le Blog de Jérémy Manesse

Pages

Publié par Jérémy Manesse

gleedollhouse.jpgCette semaine, j'ai fini d'écrire les textes pour le Catalogue Panini 2011. C'est un outil important, il y a plein de gens qui se jettent dessus en arrivant à Angoulême, il y a même cette année les huit pages inédites d'Avengers Academy 0 en bonus... N'empêche qu'à écrire, c'est un peu une plaie. C'est du texte marketing, il y a pas vraiment de place pour du fond ou quoi que ce soit de ce genre, encore une fois c'est d'une grande utilité pour plein de gens, mais c'est pas ce qui m'amuse le plus. En général, c'est le genre de truc qui me prend deux fois plus de temps pour l'écrire que ça devrait, parce que j'erre sur Internet à trouver des moyens de pas bosser.

 

Tout ça pour dire que j'ai désormais un écran plasma 3D Samsung, et que vous pouvez vous attendre à un article là-dessus d'ici pas trop longtemps, histoire de vous dire ce que j'en pense à l'utilisation.

 

Pour l'instant, puisque j'ai fini mon catalogue (hurray !) et que j'ai un peu de temps avant de me replonger dans mes prochaines traductions, je vous dis un mot sur deux séries que vous n'avez pas encore pu voir à la télé française (pour l'instant, dans le cas de la première, a priori définitivement pour la seconde), mais que j'ai pu apprécier grâce à la magie des Blu-Rays américains multizones : Glee et Dollhouse.

 

Dollhouse, j'en ai déjà parlé dans ces colonnes. Joss Whedon aux commandes, super concept, belle exécution, un épisode de fin de première saison épique... et un gros gâchis parce que c'est passé sur la Fox, qui n'a rien fait pour soutenir la série, voire même. La première saison a été d'abord diffusée sans le dernier épisode parce que la série n'a pas été renouvelée. Elle a finalement eu droit à une deuxième saison avant d'être placée à un horaire absolument impossible. Et Whedon a bien évidemment vu le truc venir et en a profité pour tout boucler dans la saison 2 (qui fait treize épisodes, comme la première). Du coup, ça fait une saison bien dense, bien satisfaisante... avec peut-être un rebondissement deux épisodes avant la fin un peu dur à avaler. J'en connais qui ont décroché avec cette deuxième saison, plus noire, mais moi, j'ai vachement aimé, certains épisodes (celui de Priya, par exemple) font froid dans le dos. Ca continue d'être un concept génial pour certains acteurs, qui se retrouvent à jouer un rôle différent à chaque épisode,  le reste du casting est nickel (mentions spéciales pour Olivia Williams qui a une scène mémorable de réveil de gueule de bois, et pour Summer Glau qui fait une scientifique psychorigide juste au bord d'être psychopathe)... et puis pour les fans de comics, il y a un épisode entièrement réalisé par John Cassaday, qui avait dessiné l'Astonishing X-Men de Whedon... et c'est qu'il sait tenir une caméra, ce con !

 

Bref, une très bonne série qui ne dure que vingt-six très bons épisodes... mais bon, ça vaut mieux que d'être moyen sur deux cent douze, non ?

 

Glee, ça faisait longtemps que j'en entendais causer, je me suis donc laissé tenter par le coffret Blu-Ray de la saison 1... qui si je ne m'abuse est elle-même composée de deux demi-saisons. Je m'explique un peu plus loin. Glee est une série en comédie musicale assez marrante, mais qui ne gagne ses galons que sur la durée. Le cadre est typique Sauvé Par le Gong (que vous pouvez remplacer par une série scolaire un peu moins has-been, c'est tout ce qui me vient comme référence... je sais, je me fais vieux). Il y a la bande de losers qui se prennent sans arrêt des milk-shakes dans la gueule, le quarterback qui cache son âme de chanteur, la pom-pom girl garce, la prof de gym hitlérienne et la conseillère d'orientation hyper coincée. Dans les premiers épisodes, on est dans les clichés des clichés, et on se sent mal barrés, d'autant qu'on (enfin quand je dis on, c'est moi et tite chérie) connaît pas la moitié des chansons, que très peu ne sont pas post-synchronisées avec cet effet de merde à la Kanye West que je ne comprends pas comment ça a pu devenir à la mode alors que c'était déjà craignos quand Cher s'en servait, et qu'un côté un peu gentillet flotte sur l'ensemble.

 

Et puis déjà, au bout de quelques épisodes, la série se met à jouer avec le fait que les personnages sont des caricatures, en les prenant à contre-pied ou en s'en servant pour aborder sérieusement des thèmes un peu plus hard que "qu'est-ce qu'on va chanter aujourd'hui". Certains acteurs sont vraiment hilarants dans l'excès, au premier rang desquels la fameuse coach des pom-pom girls (qui sont des meneuses de claques dans les sous-titres canadiens, d'ailleurs, préparez-vous à être parfois distraits par ceux-ci). Et puis à la moitié de la saison, les choses s'accélèrent au point qu'on croit voir une fin de saison... Et j'ai compris pourquoi : Là encore, on est sur la Fox, célèbre pour arrêter ces séries qui ne s'appellent pas 24 après quatre épisodes, et les scénaristes ont préféré assurer leurs arrières et faire douze épisodes qui tiennent la route. Le résultat, c'est que les épisodes suivants ont été tournés bien plus tard, quand on a su que la série était un méga-carton, et que ça se voit. Tout à coup, chaque numéro devient un morceau de bravoure avec du pognon plein l'écran (ce qui aide pour une comédie musicale, faut l'avouer), et surtout les chansons deviennent un genre de maxi-best of, avec carrément tout un épisode consacré à Madonna, avec du Queen, des Beatles, du Lady Gaga (je m'excuse tout de suite d'avoir mis Lady Gaga dans la même phrase que Queen et les Beatles)... Enfin bref, le budget achat de chansons a visiblement explosé. Et mine de rien, ça aide quand la moitié des chansons ne sont pas des soupes de sous-variétoche qu'on n'a jamais entendues.

 

Donc, on s'est finalement bien amusés avec Glee. Ca ne vaut évidemment pas les séries majeures qu'on suit habituellement, et ça ne vaut pas Dollhouse, mais il n'y en a pas tant, des comédies que je suis, depuis que Friends s'est arrêté.

 

Tiens, pour ceux que ça intéresse, vous vous demandez peut-être comment je sais quels Blu-Rays étrangers passent dans un lecteur français et avec quelles langues et quels sous-titres ? Mon site de référence c'est www.blu-ray.com, tout simplement, qui a le mérite de lister aussi les sorties anglaises... qui pour le coup sont de la même zone que nous ! Tiens, c'est d'ailleurs en Irlande que j'ai acheté la saison 1 des Soprano... Je veux la saison 2 !!!

 

(Image Copyright Fox)

Commenter cet article

edouard.bracame 22/02/2011 18:51



Les vrais sont bien pires et beaucoup moins drôles que ceux de la série.



fitz 22/02/2011 17:51



The big bang theory ? Un série sur des geek psychorigide ? Tu crois que Jeremy n'en supporte pas assez comme ça ?


 



edouard.bracame 03/12/2010 20:50



Tu suis pas tant de séries comiques qe cela ? Dans ce cas, suis tu The Big Bang Theory ? Si non, je te la conseille, c'est la série la plus drôle du moment pour moi.



Julius 23/11/2010 23:28



Je repasse juste par là pour appuyer le collègue ci-dessus sur son choix de proposer "How Not To Live Your Life".


Tordant !!!



Bebop 23/11/2010 15:43



Pour Glee, j'ai été happé dès le deuxième épisode, pour la scène où Rachel dit en plein milieu de la réunion du club de chasteté que les filles ont autant envie de sexe que les garçons (c'est
évident mais c'est toujours bon à dire dans un prgramme regardé par des ados ricains) et surtout la chorégraphie suggestive devant toute l'école sur Push It de Salt n' pepa. C'est vraiment là,
après un pilote sympa mais sans plus, que je me suis dit qu'il y aurait moyen que je regarde la saison jusqu'au bout.


Glee, n'est pas une série majeure c'est sûr mais elle a le don de me mettre de bonne humeur et ça ça n'a pas de prix.


Sinon, en comédies tu as essayé quoi ? How I met your mother ? The Big bang Theory ? 30 Rock ? My name is Earl ? Scrubs ? Tu as essayé les séries anglaises comme Black Books, The IT Crowd, How
not to live your life, Extras, tHe Office, Spaced... ?