Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ON EN EST LÀ :

Le Blog de Jérémy Manesse

Pages

Publié par Jérémy Manesse

candidats-primaires.jpgAh oui, tiens, un petit billet politique, ça faisait longtemps !!!

Je fais donc partie des cinq millions qui ont regardé le premier débat des primaires. J'aime bien les émissions politiques. Je suis autant gonflé par la langue de bois et les formules politiciennes qu'un autre, mais j'aime bien ce genre d'émission, parce que c'est le seul endroit où on peut entendre vraiment ce que les gens ont à dire, loin des raccourcis biaisés des journalistes et des flash info.

D'ailleurs, je trouve ça bien joué de la part du PS, cette primaire, parce que ça leur offre un théâtre où exposer leurs idées, selon leurs propres règles. J'ai vu Hollande au Club LCI / RTL / Le Monde la semaine dernière, et ça m'a pompé l'air de voir à quel point les journalistes ne décrochaient pas des sujets qui n'intéressent qu'eux, au premier rang desquels l'affaire DSK. Oui, on a tous suivi le feuilleton avec assiduité, mais quand l'un des types les mieux placés (apparemment) pour battre Sarkozy l'année prochaine est interviewé pendant une heure, j'en ai absolument rien à carrer de ce qu'il pense de l'affaire DSK, ou d'autres épiphénomènes du même type. Je veux savoir ce qu'il a à proposer, et ça me troue le cul que ce soit pas le cas des journalistes. Le niveau de la politique en ce début de 21ème siècle n'est pas très reluisant, mais pour moi, la façon dont les journalistes (télé, surtout) couvrent la politique représente bien la moitié du problème.

Bilan du débat, donc : Pour moi, c'est Montebourg qui a été le plus convaincant. Tout d'abord, parce qu'il a insisté sur sa volonté de faire (enfin) payer aux banques et aux spéculateurs la crise dont ils sont responsables, avec une taxe assez misérable sur les transactions financières qui pourtant ramènerait un paquet de pognon. Alors on va me dire, comme souvent, que c'est irréalisable, que si c'est pas fait à l'échelle européenne ça pourra pas marcher... mais j'en ai un peu marre de cette excuse qui est surtout un bon prétexte pour ne rien faire, inventé par ces mêmes banques. J'ai du mal à croire que si ça fait rentrer dans les caisses autant d'argent que Montebourg le pense, les autres pays européens ne suivent pas.

Jusque là, ce qui m'attirait le plus dans le programme du PS, c'est l'histoire de la réforme fiscale, censée s'appuyer sur le livre (que j'ai lu) Pour une Révolution Fiscale, de Thomas Piketty et deux autres économistes... Une réforme qui, si le PS compte effectivement la mettre en pratique telle que décrite dans le livre, est réellement une révolution, et là encore, ça me tue qu'il n'y ait pas un minimum de travail d'explication de la part des journalistes. D'ailleurs, même les candidats, jeudi, n'ont pas pensé à clarifier la chose, du coup je ne sais toujours pas s'ils comptent aller au bout de l'idée.

Pour info, le livre suggère une suppression totale de l'Impot sur le revenu (et donc de toutes les niches fiscales qui vont avec), pour le remplacer par une CSG progressive, un impot à la source, quoi. Le taux partirait de 2% pour les très bas revenus, ce qui reviendrait à une baisse d'impot puisque le taux actuel est de 8%, pour monter, si mes souvenirs sont bons, jusqu'à 40 ou 50 % pour les très hauts revenus. L'avantage, outre la réelle progressivité et donc l'équité du système, étant qu'une fois que tu as ton chèque de fin de mois, tu sais qu'il est disponible et qu'il ne doit plus servir à payer ton tiers prévisionnel. Ca, plus une hausse du pouvoir d'achat pour les bas revenus.

Mais bon, le PS ayant du mal à être clair là-dessus, je n'arrive pas à savoir si c'est bien de ça qu'il s'agit, ou s'ils vont se contenter de rajouter une tranche d'imposition supérieure, ce qui est certes souhaitable mais quand même moins bandant, plus plan-plan comme mesure. C'est pour ça que j'ai apprécié que Montebourg apporte une autre idée qui m'emballe. En plus de ça, je l'ai trouvé plus clair, plus pédagogique, moins politicien, moins "petites formules" que les autres. J'ai juste un peu du mal avec son sourire d'avocat un peu forcé, un peu trop en coin, un peu trop complice. Je ne sais pas toujours s'il me propose un programme politique ou s'il me propose de monter dans sa chambre. Mais voilà, quoi, il parle comme j'aime bien que les politiques parlent, et je l'ai trouvé plus à gauche que les autres.

Et c'est quand même important, ce coup-ci, qu'on pousse la barre à gauche. J'en ai marre que tout ce qu'on fasse, ce soit "pour rassurer les marchés", pour "conserver notre andouillette AAAAA", pour "calmer les investisseurs". Marre que ce soit les banques qui nous dirigent. J'en ai marre aussi de l'excuse "si on taxe plus les riches, ils vont s'en aller". Il me semble qu'on a fait tout un pataquès il y a pas longtemps à propos de l'identité nationale. Eh ben, l'identité nationale, c'est aussi de payer ses impots en France. Ou alors, quand on parle d'identité nationale, on parle que des immigrés ?

J'aurais été le premier à voter DSK, mais je suis bien content qu'il se soit passé ce qu'il s'est passé, en fait. D'abord parce que, viol ou pas viol, c'est pas le genre de mec que je veux avoir comme président, quelqu'un qui a ce genre de comportement avec les femmes. Et puis voilà, la politique du FMI, c'est quand même pas la plus humaniste au monde. On est aux ordres de marchés psychopathes que rien ne satisfait, et je me demande en ce moment ce qui changerait vraiment, pour le pékin moyen (du moins celui qui ne fait pas l'erreur de boursicoter), si le système financier s'écroulait complètement. Je veux bien qu'on essaie pour voir, tiens.

De toute façon, l'exercice du pouvoir tire toujours les gens vers la droite, autant partir avec un candidat vraiment de gauche. Oui, j'ai passé ma période centriste.

Les autres candidats, sinon. Hollande, je l'aime plutôt bien, j'avais apprécié quand il avait dit que quand on gagnait plus de 4000 euros par mois, on était riche (quand même, merde) et j'en avais voulu au PS de ne pas l'avoir soutenu. J'ai regretté qu'il essaie au débat de faire passer cette déclaration à l'as, d'ailleurs. Enfin bon, Hollande, pourquoi pas. Aubry aussi me paraît possible, elle parle clair même si elle a une petite tendance à chercher la formule... mais ça va, on n'est pas au niveau de Royal. Et puis je ne pense pas que dans la tête des gens, les 35 heures aient été une aussi grande tragédie que ce que veut bien croire la droite.

Les trois autres, mouais, bof. Valls a le mérite de dire clairement qu'avec lui, on va en chier, et j'apprécie l'absence de langue de bois... mais je le trouve un peu raide, quand même... même physiquement, très froid, limite CRS. A mon avis, il finira à l'intérieur si la gauche passe. Baily, euh, comment dire... répondre à "comment vous financez ça ?" par "Je suis pas Madame Soleil", je trouve ça un peu léger.

Mais bon, la taule de la soirée, c'est quand même Royal, ce qui me rassure un peu parce que s'il y a une chance pour que Sarkozy repasse, c'est bien elle. Elle ne sait toujours pas finir une phrase, elle est toujours accro à ses formules à la con, elle est super lourde sur sa présidence de région, et maintenant elle y ajoute son côté "regardez ce que j'ai fait sur mon ordi". "Regardez mon beau livre programme que c'est moi qui l'ai fait", "regardez mon contrat que je propose aux français en douze points que j'ai conçu avec Illustrator", "regardez ce beau liseré bleu que j'ai fait le long de mon contrat que je propose aux français en douze points"... Elle se caricature de plus en plus, elle s'éloigne de plus en plus du concret. Alors de temps en temps, il y a une idée intéressante qui sort, mais pitié, non, pas elle comme candidate.

En tout cas, je trouve qu'ils la maitrisent pas mal, leur primaire, et je me demande si je vais pas aller voter, tiens... juste parce que si on fait péter le million de votes, je veux voir la mauvaise foi de la droite qui essaiera de minimiser la chose.

(Image copyright PS power)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lhommesinge 24/09/2011 09:19



Ah, sympa cet article. Les quelques informations sur le débat sont intéressantes, et les idées que tu évoques plutôt alléchantes. Enfin, je dis ça parce qu'elles font écho à mes propres
réflexions, en fait, il n'y a rien d'objectif là-dedans. Faire payer -enfin- la haute finance dont l'activité essentielle est de produire de l'argent au détriment de gens qui bossent réellement,
ce serait effectivement la moindre des choses.


Après, il faut être honnête : même si je m'étais rappelé la tenue de ce débat, je ne l'aurai pas regardé. Pourquoi ? Tout simplement parce que ça fait bien longtemps que je ne raisonne plus en
terme de programme, mais bien d'opportunisme. En gros, ce qui m'intéresse, ce n'est pas de savoir qui a les meilleures idées pour résoudre les problèmes économiques et sociaux, mais uniquement
de déterminer qui a les reins assez solides pour pousser l'actuel locataire de l'Elysée à la porte. A jamais. Dans cet état d'esprit, les différences sur le fond entre les candidats
m'apparaissent mineures par rapport à l'enjeu. Je veux dire, le mec (ou la meuf), quel qu'il soit, il sera pas tout seul : il mettra en oeuvre un programme dont les grandes lignes demeurent
orientées à gauche, avec une volonté d'exercer une répartitiion plus juste dans les rentrées fiscales. Non, le vrai enjeu, c'est d'être en mesure de porter ce mec jusqu'au fauteuil présidentiel,
quel que soit la teneur exacte de son programme. Et c'est là que la forme prend le pas sur le fond. Je ne sais pas encore si je vais voter aux primaires, mais si je le fais, tel sera mon objectif
: voter pour la personne qui aura une chance de vaincre, pas pour ses idées. Parce que j'estime que le pays a trop souffert de la présidence encore en cours pour se permettre de subir un second
mandat.


Dans cette optique, le choix logique est Hollande, que je préfére légèrement à Aubry à tous points de vue. Les seconds couteaux n'ont aucune chance, et il reste à trancher le cas Royal. Très
franchement, je crois que cette dame est grillée. Elle est quand même parvenue à cristalliser toutes les rancoeurs d'un très grand évantail idéologique de la population quasiment à l'égal de
Sarkosy, alors qu'elle n'exerce même pas le pouvoir à la même échelle. Quand j'entends mon entourage parler d'elle, il faut voir ce qu'ils lui mettent, mais le vrai problème, c'est que moi-même
qui ait voté pour elle au second tour de 2007, je pense qu'ils ont raison.


On peut considérer que c'est un problème de forme, pourquoi pas, mais il est quand même de taille. Personnellement, je ne digère pas du tout sa politique de communication. Je ne me souviens pas
de tout, mais le fait de reporter son échec de la dernière présidentielle sur le parti, les excuses au nom de la France, les phrases assassines sur ses concurrents, tout ça me sort par les yeux,
car c'est l'expression d'une ambition aveugle, dont il apparait de plus en plus clairement qu'elle ne se fonde pas sur des compétences suffisantes. Elle a voulu occuper l'espace médiatique (comme
son adversaire), se surexposer, afin de surfer sur la vague qui l'avait portée en 2007, mais n'a fait que se décrédibiliser. Voilà pourquoi, à mon sens, sa victoire aux primaires sonnerait le
glas des espoirs de la gauche l'année prochaine.


 



fanficsworld 23/09/2011 13:23



Je resterai fidèle à Royal, mais ça fait plaisir de lire de vrais arguments, sans déconner. (j'avais un peu peur des réponses que j'allais lire après mon com)


J'ai un frère qui est anti-ségolèniste primaire, et qui se moque gentiment de moi car il sait que je la soutiens. Un jour, pourtant, il m'a expliqué la vrai raison pour laquelle il était
véritablement contre elle : il a dit qu'en temps que professionnel (il est infirmier), il reconnaissait en elle des symptômes de paranoïa... en fait, la goutte d'eau qui avait fait déborder le
vase, pour lui, c'était quand Ségo a dit que les "visites" de son logement étaient une forme de pression par des ennemis politique (elle parlait sans doute de l'UMP, pas nécessairement de Sarko
lui-même)... sauf que sans rire, c'est totalement crédible, et déjà vu par le passé ! (perso, je regarderai plus dans ses ennemis au sein du PS pour chercher un éventuel coupable, mais bon...)


Et puis, il y a quelques semaines, il m'envoie un mms (ouais, mon frère et moi on MMS-Audio à mort) dans lequel il m'explique qu'après avoir écouté tous les prétendant à la primaire, il réalisait
qu'avec Montebourg, c'était la seule à avoir les pieds sur terre et des réponses vraiment réalistes dans ses propositions...


Désormais, je dis toujours ça : si vous aimez Ségolène Royal pour le fond, mais pas pour la forme, alors prenez Montebourg : c'est son ancien porte-parole, il partage beaucoup de ses idées (le
combat contre les banques !!), il est finalement assez proche...


Je ne partage, en revanche, ton opinion quand tu dis "elle est super lourde sur sa présidence de région". Je trouve au contraire que c'est la seule leçon réellement forte qu'elle a sû tirer de sa
précédente campagne (ça, et la nécessité de réunir son camp au lendemain des primaires - à priori, si elle gagne, elle refera pas la même erreur, celle de se laisser enfermer dans une position
hors-parti) : celle de prouver son efficacité par les faits (sa "politique par la preuve"), pour pouvoir contredire les attaques souvent à la limite de la diffamation qui sont utilisés par les
adversaires en campagnes...


Maintenant, il y a tellement de ses bonnes idées qui ont été repries par le programme officiel du PS que perso, je suis assez relax, en fait : pour moi, qui aime surtout ses idées et pas sa
personne, elle a en fait déjà gagné. Il ne lui reste qu'à faire un bon score, afin de pouvoir peser (si elle perd les primaires) sur le 2nd tour ET sur la campagne, poid nécessaire justement si
elle veut que ses idées à elle reste dans le programme du futur candidat.


En conclusion : Je suis toujours derrière elle. Si on me demande de choisir quelqu'un d'autres, je dis Montebourg.


Thom...



fanficsworld 19/09/2011 22:35



Salut !!


J'ai moi aussi tendance à détester les interviews bof bof où l'on parle des trucs qui servent à rien genre DSK et ses amis Guerini ou chépakid'autres. A la limite, accorder 15 Minutes à ce sujet
dans une émission d'une heure, ça me choque quand même moins que dans une émission au format court. Je me souviens d'un interview de Mme Royal par JJ Bourdin (j'adore Bourdin, pourtant !) où sur
25 minutes d'émission, elle n'a eut droit de parler de son programme que 7 minutes, tout ce qui a précédé c'était sur "les affaires".


Valls, je me suis effectivement dit qu'il ferait un bon ministre de l'intérieur.


Montebourg ne m'a pas gêné, mais quand il a commencé à parler de "mettre au pas les banques", je me suis dis "WTF ?!! Mais c'est le programme de Royal, ça !!"


Depuis 2006, je suis partisan de Ségolène Royal. Je pense vraiment qu'elle a en mains les clefs, les solutions pour nous sortir de la panade. Je suis aussi assez surpris, en général, de voir la
quasi-haine qu'elle provoque chez beaucoup de gens (et je parle pas des médias ou des diverses puissances de l'argent, mais bien du peuple). Je crois qu'il y a un vrai problème de forme, chez
Royal. J'ai passé les 4 dernières années à attendre un changement sur ce point précis, et j'espèrais en voir le résultat lors de ce débat : j'ai donc été déçu.


Effectivement, cette soirée a été plutôt décevante pour elle. Le fond n'a pas bougé, et il me plait. Mais la forme a à peine changé, et là c'est problématique, car lors de cette soirée, j'ai
trouvé qu'elle a perdu l'une des principales choses (sur la forme, toujours) qu'elle avait pour elle : la niaque. Je ne sais pas si elle a cherché à rester en retrait pour surprendre tout le
monde au 2nd débat, mais son manque d'énergie m'a vraiment frappé.


Par contre, j'ai apprécié dans cet article d'entendre de vrais critiques de fond à son propos. Je ne supporte plus ces gens qui n'ont aucune autre réponse à donner, quand on leur demande ce
qu'ils n'aiment pas chez elle, que "elle est folle".


Sinon, j'ai aussi regretté le manque de vrai confrontation, même si à contrario de vrais engueulades m'aurait effrayé pour la suite. Mais là, ils ont quand même un peu abusé du Prozac, quand on
voit que le moment fort en adrénaline de la soirée a été quand Hollande et Aubry se sont disputés pour savoir si "on arrête le nucléaire en 40 ans, avec 50% en 2025" ou si "on diminue jusque 50%
en 2025, et après on verra"...


Bon, bah promis, après le 2nd débat, je viens dire ce que j'ai pensé de la suite, et notamment de ce que j'ai pensé de la seconde prestation de Mme Royal...


Thom...



Jérémy Manesse 23/09/2011 11:11



Je suis tout à fait d'accord qu'avec Ségo, le problème vient de la forme, pas vraiment du fond. Je parle de la forme politique, son amour immodéré de la formule, son attitude de bonne élève
faisant un exposé, son incapacité à finir ses phrases.  Le souci, c'est que dans une campagne présidentielle, c'est quasiment l'essentiel. Et même le "Ségo-bashing", que je trouve moi aussi
un peu facile et superficiel ("qu'est-ce qu'elle est mal fringuée", c'est limite comme argument politique), est devenu un problème en soi. Elle est devenue le défouloir de toutes les pulsions
misogynes du peuple de gauche, dont une frange conséquente serait foutu de ne pas aller voter pour elle justement parce que c'est elle. Et quand je dis misogyne, je ne parle pas que des hommes :
Les femmes ne sont certainement pas les moins misogynes en l'occurrence...